logo
DOSSIER : Quand les services publics s’en vont
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/619911/autopsie-dun-malaise-dans-des-territoires-en-danger/

[ÉVÉNÉMENT] QUAND LE SERVICE PUBLIC S'EN VA (1/10)
Autopsie d’un malaise dans des territoires en danger
Cédric Néau | A la une | Actu experts finances | Dossiers d'actualité | France | Publié le 06/05/2019 | Mis à jour le 25/06/2019

L’Etat a rationalisé ses services publics et réduit sa présence physique dans les territoires en promettant de garantir l’égalité à leur accès, à moindre coût. Le mouvement des « gilets jaunes » montre les limites de ce choix et les collectivités sont sous pression. « La Gazette » lance une série de reportages pour rendre compte de la réalité du recul des services.

Ce matin-là, Virginie Fachon, syndicaliste du centre hospitalier intercommunal des vallées d’Ariège, manifeste à Foix (9 700 hab., Ariège). « Peut-être que 54 lits vont être supprimés. Où les Ariégeois iront-ils se faire soigner ? » s’inquiète-t-elle. Au même moment, une école de Beaumont-de-Lomagne (3 700 hab., Tarn-et-Garonne) ouvrait ses portes pour faire découvrir aux parents d’élèves les tableaux numériques, tablettes et vidéoprojecteurs dernier cri qui équipent désormais toutes les classes. Un jour comme un autre dans la France rurale.

Depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », qui ont fait le lien entre fractures sociale et territoriale, en manifestant contre la baisse de leur pouvoir d’achat et les difficultés qu’ils rencontrent pour affronter leurs contraintes spécifiques, la question de la présence des services publics, notamment dans les zones rurales, a ressurgi. Souvent en résumant la colère de ces habitants périurbains ou ruraux au recul généralisé de ces services.

Distinguer la part du délaissement

« La Gazette » a souhaité rendre compte de la réalité de ce recul sur le terrain, au fil de rencontres avec des acteurs locaux et des spécialistes de la question, à travers une série de reportages, à paraître dans les semaines qui viennent. Mais l’ambition consiste également à tenter de distinguer la part du « délaissement », comme le désigne François Taulelle, géographe, professeur rattaché à l’université de Toulouse et codirecteur du livre « Services publics et territoires [1] « , et celle du malaise révélé par les « gilets jaunes » provoqué par « un sentiment d’abandon », tel qu’il a été décrit dans les cahiers de doléances mis en place par les maires de l’Association des maires ruraux de France.

L’analyse des données des quelques chercheurs qui se sont penchés sur la quantité, la qualité et la nature des services fournis dans les territoires est sans appel. « La majorité des services publics connaissent

POUR ALLER PLUS LOIN