Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Un management sur mesure pour les policiers municipaux

Publié le 13/05/2019 • Par Florence Roux • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

Police municipale
AdobeStock
Entre forte spécificité et normalité, les dirigeants des policiers municipaux cherchent un équilibre dans l’encadrement de ces agents « à part », mais « à part entière » dans la fonction publique territoriale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’uniforme, comme une évidence. « L’uniforme forge tout de suite une identité à part, reconnaît Cédric Renaud, président de l’ANCTS. On n’apprend rien d’un attaché territorial en le voyant. Pour le PM, c’est immédiat… Le management doit s’y adapter. » S’adapter ? Steve Richard, chef de la police municipale de Caux Seine agglo (450 agents intercommunaux, 33 PM sur 35 des 50 communes, 80 000 hab., Seine-Maritime), pense que « cette tenue-là exige des agents une grande rigueur, très attendue par leur employeur ».

Copilotage

Cette visibilité expose aussi à la violence, parfois extrême. A Montrouge (1 000 agents, 20 PM, 49 100 hab., Hauts-de-Seine), où Clarissa Jean-Philippe, jeune policière municipale, avait été tuée en 2015 par le terroriste Amedy Coulibaly, Roxane Vergara, DRH, a présenté, fin mars, un projet de service qui soutient et muscle la police de la ville : elle passe de sept à 20 agents – formés et accompagnés –, se dote de brigades de nuit, s’équipe d’armes létales ou de géolocalisation et change de locaux… « Au-delà de l’équipement, dit-elle, le management est central et, comme le projet, il résulte d’un partenariat étroit entre les RH, la réglementation urbaine et la police, avec les agents de terrain. » Olivier Pruvost, nouveau directeur de la PM, souligne « une rare qualité d’écoute entre partenaires ».

L’envol des effectifs et la tension au recrutement accroissent l’intérêt d’un copilotage entre les directions des PM et celles des DRH, expertes des outils managériaux. « Nous travaillons ensemble, confirme Steve Richard, chef de service de la police municipale de Caux Seine agglo. Pour les recrutements, l’aide à la mobilité, il faut affiner les profils, gérer des entretiens à plusieurs étapes, avec des tests psychologiques… Ce sont des compétences RH. »

Accompagnement et prévention

L’adoption d’armes létales induit également un management spécifique. Outre la formation obligatoire – préalable puis continue –, les collectivités soignent l’accompagnement. « Au-delà d’entraînements réguliers, les agents passent un examen avec une psychologue, relève David Maniac, moniteur en maniement des armes à Montrouge. Par ailleurs, je ne confie pas une arme à un agent chez qui je décèle une fragilité. » A Orléans (lire ci-dessous), Nicolas Lanvin, DRH, indique que, à la suite de l’armement de la police depuis 2015, « la ville déploie un processus d’accompagnement et de prévention qui associe les services de formation et de santé et va impliquer un doctorant ».

A l’eurométropole de Strasbourg (6 800 agents [métropole], 150 PM, 550 000 hab.), Pierrette Gunther-Saës, DGA chargée de la délégation « sécurité, prévention et sport », explique que « la police municipale, armée depuis sa création au XVIIIsiècle, fonctionne 24 heures sur 24, souvent en première ligne. C’est pourquoi tout l’encadrement, du plus proche au directeur de police, a un management attentif au quotidien, complété par une unité de ressources humaines de six personnes dédiées ». Autre grande police, celle de Lyon (8 400 agents, 335 PM, 513 300 hab.) s’est structurée depuis 2007 selon

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un management sur mesure pour les policiers municipaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement