Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Désindustrialisation des territoires : le rapport de mission divise droite et gauche

Publié le 07/04/2011 • Par avec l'AFP Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

"Les grands succès industriels ont été menés à l'échelle régionale, que ce soit en Bavière (Allemagne) ou en Lombardie-Vénétie (Italie)".
"Les grands succès industriels ont été menés à l'échelle régionale, que ce soit en Bavière (Allemagne) ou en Lombardie-Vénétie (Italie)". AFP
Gauche et droite sénatoriale n'ont pas trouvé d'accord sur les conclusions de leur mission d'information sur la désindustrialisation des territoires dont le rapport n'a été approuvé que par la majorité, a indiqué le 6 avril 2011 la mission.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ce rapport intitulé « réindustrialisons nos territoires » a été voté par 14 membres de la mission, dont le rapporteur UMP Alain Chatillon, tandis que 9 ont voté contre, dont le président de la mission Martial Bourquin (PS).

Quatre points ont fait divergence :

  1. la question de l’Etat et des collectivités territoriales,
  2. le coût du travail,
  3. le rôle des banques et du crédit,
  4. la taxe professionnelle.

Diagnostic sévère

Le diagnostic de la mission qui enquête depuis mai 2010 est sévère. « On a perdu 700.000 emplois dans l’industrie en 10 ans et on est resté sur des produits de première transformation sans aller vers ceux qui ont une valeur ajoutée par la recherche et l’innovation », a déclaré M. Chatillon. « On n’a pas su protéger nos brevets et notre savoir-faire, depuis 15-20 ans la France s’est désindustrialisée », a-t-il déploré.

Pour lui, « depuis De Gaulle il n’y a pas eu de plan industriel digne de ce nom et toujours pas de compréhension du monde industriel par les pouvoirs publics et les banquiers ».

La mission a formulé 17 propositions visant notamment à  :

  • « promouvoir une culture industrielle »,
  • « intensifier la recherche et l’innovation »,
  • « renforcer les pôles de compétitivité »,
  • « faciliter le financement de l’industrie,
  • la création d’entreprises innovantes »,
  • « redéployer les allégements de charges sur les bas salaires des services vers l’industrie »
  • et « définir une stratégie européenne harmonisée ».

Plus grande subordination des aides publiques à l’interdiction de délocaliser

Tous les membres de la mission souhaitent privilégier les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) dans le calcul du taux du crédit d’impôt recherche ou la mise à disposition de chercheurs issus des pôles de compétitivité. Tous prônent des « avances sur les subventions à venir au profit de sociétés de capital-risque et capital-développement au niveau régional ».
Alain Châtillon, maire de Revel (Haute-Garonne) plaide pour une plus grande « subordination des aides publiques » à l’interdiction de délocaliser.
Pour Martial Bourquin, vice-président de la communauté d’agglomération du pays de Montbéliard, il est temps d’en finir avec les ravages de « l’idéologie post-industrielle ».

Martial Bourquin (PS) a regretté que ces propositions n’aillent pas plus loin en proposant notamment une « sécurité sociale professionnelle » et le développement de l’industrie verte, « l’industrie de demain ». « Il faut donner du souffle » a-t-il dit. « On a tout misé sur les champions du CAC 40, derrière il y a tout un tapis impressionnant de TPE et PME qui n’ont pas accès au crédit » a-t-il assuré.

Le coût du travail a opposé gauche et droite

Il est revenu sur la question du coût du travail qui a opposé gauche et droite au sein de la mission.
« C’est le refus d’innover qui nous a amenés à éviter certaines productions et à délocaliser, et non pas le coût du travail », a-t-il assuré, accusant le gouvernement « de présenter le coût du travail comme la cause de la désindustrialisation alors que nous avons une très bonne productivité ».

Les sénateurs CRC-SPG (communistes et parti de gauche) qui ont voté contre soulignent que le rapport « s’inscrit dans les politiques de libéralisation des divers secteurs industriels et ne remet jamais en cause le dogme de la concurrence libre et non faussée ».

Le rapport définitif sera publié à la mi-avril avec annexées des contributions des groupe PS et CRC-SPG.
Il fera l’objet d’un débat en séance publique le 26 avril.

3 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Désindustrialisation des territoires : le rapport de mission divise droite et gauche

Votre e-mail ne sera pas publié

Serge

08/04/2011 12h40

Cette question du lien entre collectivités et industries, absente du rapport et point d’achoppement entre sénateurs fait l’objet d’un débat initié par le président d’une grande interco du sud de la France, Bernard Granié. Un débat fort riche qu’il anime sur son blog (bernardgranie-territoiresdindustrie.fr).

Chérel Paul

08/04/2011 03h15

Encore un débat qui n’aboutit qu’à un rapport de l »un des intervenants, forcément critiqué par l’autre et ouvrant la porte à un autre débat. Quand donc en France établira-t-on, à la fin d’un débat quelconque, un protocole écrit et signé par les deux parties, protocole d’accord ou de désaccord, peu importe mais au moins, il subsiste une preuve écrite et signée par ceux qui ne sont pas d’accord, texte que l’on peut ressortir à tout instant et publié dans l’immédiat, in extenso. Une réunion ne doit pas se terminer sans un tel texte; quiite à y passer la nuit. Dans le privé, pour établir des contrats, pour discuter d’un devis, on procède toujours de cette façon. Les hommes politiques en sont-ils incapables ? Paul Chérel

pytheas

11/04/2011 11h06

Et si l’industrie française (et certains autres secteurs) n’était pas sur les bons crénaux, correspondant à la demande mondiale?
Et si on améliorait un concurrence réelle et juste au niveau mondial?
Et si on tentait de ne plus sur-évaluer l’euro?
……….. avec si………….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement