Smart grid

L’heure du bilan pour Issygrid

| Mis à jour le 09/05/2019
Par • Club : Club Techni.Cités
Sources : Technicités 

Ville d'Issy

Lancé en 2012, le quartier intelligent Issygrid est un précurseur qui a servi d’expérimentateur. Le projet est arrivé à son terme le 28 mars dernier, mais les expérimentations n’ont pas attendu pour se répliquer ailleurs.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

À Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, Issygrid est l’un des premiers projets globaux travaillant sur l’intelligence des réseaux d’énergie. Dès 2012, il englobe un quartier de 2 000 logements et 160 000 m2 de bureaux. Plus de 5 000 habitants et 10 000 employés ont continué leurs occupations pendant qu’un consortium d’une dizaine d’entreprises expérimentait à tout va autour de la gestion de l’énergie.

Démonstrateur à l’échelle d’un quartier

« C’est un projet globalement assez puissant. Ils étaient clairement en avance de phase », lâche Philippe des Robert, qui travaille sur d’autres projets de Smart grid au sein du Smart Ideas to Link Energies (Smile), en Bretagne et en Pays de la Loire.

« Le simple fait de se lancer sous forme de consortium en 2012 était déjà quelque chose en avance sur l’époque. Bien sûr, il y avait des expérimentations mais ici, il s’agissait d’un démonstrateur à l’échelle d’un quartier. »

Ce premier démonstrateur était d’initiative privée. « La ville n’a pas mis un euro », se plaît à rappeler Éric Legale, directeur d’IssyMedia, société d’économie mixte chargée de la communication et de l’innovation de la ville d’Issy-les-Moulineaux.

Observation des consommations d’énergie

« Nous avions un rôle d’accompagnateur et d’information au citoyen. Lors des discussions avec la Cnil, par exemple, nous étions là pour expliquer les problématiques des collectivités. » Ces discussions avec la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) ont abouti à l’un des premiers retours d’expériences essentiels pour la collectivité et les industriels de l’énergie : la définition d’une « maille » commune pour observer les consommations d’énergie.

« La question était de savoir où placer le curseur entre données personnelles et gestion d’énergie », rappelle Karine Revcolevschi, directrice d’Enedis Ile-de-France Ouest. « Comment estimer la sensibilité thermique d’un bâtiment sans révéler les habitudes de ses occupants ? Aujourd’hui, la Cnil a certifié une maille supérieure à neuf ou dix foyers. Et c’est grâce aux expérimentations d’IssyGrid. »

Capteurs multiples

La question des données ne s’arrête pas à la définition de la maille d’observation. L’information provient de capteurs multiples qui parlent des langages différents. « Il y avait dix-sept systèmes d’information différents », se souvient Gilles de Colombel, directeur de division chez Schneider Electric.

« Pour récupérer toutes ces données et faire de la supervision, nous avons résolu des problèmes techniques mais surtout organisationnels et contractuels. Récupérer les données de fonctionnement, par exemple, posait de nouvelles questions : les consommations électriques d’un cimentier, par exemple, révèlent l’état de son business en temps réel. Pour résoudre ces problèmes, il a fallu contractualiser, se poser en tiers de confiance… Nous partions de la feuille blanche en 2012. Maintenant, notre plateforme de supervision a été mise à l’épreuve à l’échelle d’un quartier et elle équipe déjà les différentes « Smart grid » que nous opérons. »

Innovation ouverte

Les industriels ne sont pas les seuls à avoir profité de ce laboratoire à ciel ouvert. « Nous avons dupliqué le modèle de consortium avec SoMobility, un projet autour des mobilités. Mais cette fois-ci, nous sommes partie intégrante de la structure. C’est une vraie continuité, inspirée des retours d’expériences d’Issygrid, mais la forme finale s’approche plus de l’innovation ouverte », note Éric Legale.

La ville se lancerait-elle dans une expérimentation comme Issygrid aujourd’hui encore ? « Spontanément, les gens sont intéressés par les projets d’écoquartiers. Mais quand il faut passer à l’acte, ce n’est pas pareil. Les citoyens acceptent d’être équipés mais peuvent se perdre dans la technique », pointe Éric Legale.

Industriels, collectivités et citoyens semblent tous confrontés à un seul et même problème : l’acculturation aux nouveaux usages. Une problématique commune qui ne peut se résorber que par la pratique. Et donc, la multiplication de retours d’expériences.

Fiche technique

Chiffres : 2 000 logements, 5 000 habitants, 160,000 m2 de bureaux et 10 000 employés.
Consortium : Bouygues Énergies & Services, Bouygues Immobilier, Bouygues Telecom, EDF, EMBIX, Enedis, Microsoft, Schneider Electric, Sopra Steria, Total.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP