Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

[Opinion] Statut

Cadres de la fonction publique, défendez-vous !

Publié le 30/04/2019 • Par Auteur associé • dans : Actu Emploi, France, Opinions, Toute l'actu RH

Dossier fonctionnaires et agents publics de l'administration. Salaire des titulaires, contractuels et vacataires
Olivier Le Moal - Fotolia
La fonction publique française se distingue des autres systèmes de fonctionnariat par la centralité du statut de fonctionnaire, avec ses obligations et ses droits.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ugo Bernalicis

Ugo Bernalicis

député (LFI) du Nord

La fonction publique française se distingue des autres systèmes de fonctionnariat par la centralité du statut de fonctionnaire, avec ses obligations et ses droits.

L’égal accès à l’emploi public par le concours et la propriété du grade par le fonctionnaire assurent la permanence et la continuité des trois versants de notre fonction publique (d’Etat, territoriale et hospitalière) par-delà les changements politiques. L’objectif est de donner le maximum de garanties tant aux élus qu’aux usagers pour assurer la poursuite de l’intérêt général.

Ces gens n’aiment ni l’Etat, ni les fonctionnaires

Mais, dans la bouche des libéraux comme dans celle du petit monarque Macron, fonction publique rime avec rigidité et contrainte. Selon leur logiciel, il faut « libérer les énergies », retrouver « de la souplesse, de l’agilité ». En réalité, ces gens n’aiment ni l’Etat, ni les fonctionnaires, et s’ils n’y comprennent rien, en tout cas ils s’en méfient.
Le projet de loi dit de « transformation de la fonction publique » pose les jalons de cette destruction.

Le but poursuivi est, à terme, de faire des agents publics sous statut une exception, voire de les faire disparaître. Le fonctionnaire étant ainsi rangé sur l’étagère des archaïsmes de l’Etat providence.

Le candidat Macron déclarait en 2017 : « Dans les deux premiers mois du quinquennat, je changerai ou confirmerai l’intégralité des postes de direction dans la fonction publique. […] C’est une mise sous tension de l’appareil d’Etat. » Et rien n’est arrivé. Parce que choisir dans le vivier des nombreux fonctionnaires des grands corps de l’Etat, ce n’est toujours pas assez pour opérer le choix du prince.
Dès lors, passer par des recrutements de contractuels en CDI semble la voie tout indiquée. Faire appel à des contractuels n’est pas une nouveauté, loin de là puisque c’est régi au moins depuis un décret de 1986 et que nous tournons à hauteur d’un cinquième de contractuels.

Incorporer les amis de la macronie

Voilà pourquoi l’article 7 du projet de loi ne prévoit d’étendre leur recours qu’essentiellement sur des emplois permanents de direction, par dérogation au principe d’occupation de ces postes par des fonctionnaires titulaires.

C’est donc pour incorporer dans les administrations, et notamment à l’Etat, les amis de la macronie qui ne veulent pas passer par le filtre du concours, le gel du point d’indice, la continuité du service en cas de changement politique, les règles de mutation, le devoir de neutralité, etc. La start-up nation en actes.
C’est une idée républicaine du rôle du fonctionnaire et de la poursuite de l’intérêt général qui est en cause. Ne mettons pas les destructeurs des biens communs à la tête de nos services publics !

Mobilisez-vous aux côtés de vos agents !

J’alerte donc les directrices et directeurs d’administrations centrales, de collectivités territoriales et de la fonction publique hospitalière, qu’après l’augmentation du nombre d’agents précaires sous leur responsabilité, c’est maintenant à leur tour de passer à la casserole !

J’appelle à la mobilisation tous ces agents publics pour qui le statut et les valeurs qu’il véhicule ne sont pas vécus comme des contraintes, mais bien comme un moyen de réaliser la maxime républicaine : liberté, égalité, fraternité.
Alors, mobilisez-vous aux côtés de vos agents qui ne manqueront pas de le faire avant qu’il ne soit trop tard.

Note : Ugo Bernalicis s’exprime au nom des députés du groupe LFI.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cadres de la fonction publique, défendez-vous !

Votre e-mail ne sera pas publié

JJT

01/05/2019 06h19

Je ne partage pas le point de vue de Mr le Dėputė. Je suis pourtant moi même fonctionnaire (ingenieur principal) et dirigeant (DGA d’un EPCI de 125 000 habitants et DGS par interim depuis 6 mois). Le statut et sa rigiditė m’interdisent le plein accès au poste. Bien entendu, on peut m’opposer que je peux comme tout un chacun passer un concours ou examen pour accéder à un grade d’ingénieur en chef. Mais pensez vous que passė 50 ans on peut encore se permettre 6 a 12 mois de stage, pendant lequel il faut donc quitter la fonction (comment se dirige la collectivité pendant cette période ?) et vivre une interruption de carrière incomprėhensible … La rigidité du statut est un carcan pour l’évolution des fonctionnaires aussi, n’occultons pas cela. Et le format actuel qui a coupé les A de toute possibilité, hors concours, d’accéder aux grades d’IG chef ou administrateur et leur interdit ainsi l’accès aux postes de direction (au profit des contractuels certes, mais aussi et surtout des fonctionnaires de l’Etat qui beneficient de passerelles avantageuses) est indėfendable a mon sens. Arrėtons la doctrine et modernisons tout cela.

Mumu300463

01/05/2019 10h58

Malheureusement c est un peu tard les réformes sont de plus en plus appliquées
Rationalisation des services mutualisation des métiers
Faire du plus avec du moins et le pire c est que l on permet aux cadres de vous degommer ou vous mettre la pression
Le systeme est tellement muselé que les ct placardisent les agents n arrivant pas a partir
Depuis de nombreuses années les présidents successifs ont appliquer moins de fonctionnaires plus de contractuels et aujourd hui le président achèvent tte la fonction publique
Avant les cadres n etaient pas trop touches mais aujourd hui c est ts les cadres
De plus comme ils ont de moins en moins de moyens le systeme induit un pourrissement
C est à dire qu ils ne peut plus faire fonctionner correctement les services d ou des gros problèmes de fonctionnement ou encore plus de remplacement de personnel et donc ceux qui restent doivent faire leur travail et comme les agents ont un devoir d obéissance hiérarchique
Vous savez comme moi ce que ca fait des agents sous tension des plans de charge etc
Donc les collectivités appliquent eux m des discriminations des surcharge de travail
Les agents sont devenus une masse salariale qui doivent correspondent en au système etc
Toutes les collectivités et ttes les fonctions publiques sont devenus petit a petit privatisés
Ce qui est incoherent car depuis les décentralisation successives ils faisaient embaucher du aux transferts de compétences et depuis un certain temps
On applique comme ds le prive le lee management
En tt cas le fonctionnaires n a plus le vent en poupe
Ts les dirigeants ont véhiculés que nous étions nantis planques etc
Les usagers eux aussi
Néanmoins ils ne veulent pas que l on ferme les services publics
Aujourd hui en tant qu’ agent de la fonction publique depuis 1982 ma ct a complètement changer et de plus en plus à appliquer le nouveau jeu
Moins de fonctionnaires plus de contractuels pas la possibilités de faire des réparations …
Pourtant on se retrouvent à ds un contexte incertains etc
Même les cadres ont les placardisent pour ne plus les rémunérés trop cher
Comme les titulaires comme moi
Ds ma ct de plus en plus de contractuels qui n ont pas de concours et prennent la place de titulaires qui ont eu un concours ne sera pas nommés etc
Je constate ttes ces incoherences au quotidien
Et un ras le bol general car impuissant de ce systeme
A tel point que c est grave un certain nombre assez conséquents le ont eu un parcours fracasses titulaires et n ont pas de postes pour revenir
On préfère les payer chez eux que de revenir
Tous les services de ma ct sont touches sauf a la direction générale a la com
À force de jouer à la bataille navale touchée coulée les conditions de travail sont de plus en plus difficiles
Bon nombre d agents paient au manque de personnel et exécutent des missions de 2 3 postes
Vous avez m des fonctionnaires titulaires sans postes
Si on m avait dit que ca arriverait à ce que je constate ts les jours a une fonction publique précariser et de plus en plus mal menée je ne l aurais pas cru
Mr macron explique pas réellement ce qu est un fonctionnaire sa mission d intérêt général et ses droits et devoirs
De plus il doit réussir un concours en théorie pour travailler ds un services
J ai le sentiment que je n ai pas voler ma place et de travailler ds la fonction publique
Aujourd hui c est incoherent car m
En respectant ces critères pour devenir fonctionnaires et bien on vous degommer
C est terrible que ts ces dirigeants ont successivement appliquer qu il fallait baisser le nombre de fonctionnaires sans qu eux même ils appliquent a l etat ce systeme
Aujourd hui c est l achèvement des fonctions publiques par rapport à l Europe etc

Donc Qd tt sera cassé et que tt sera privatise les usagers seront a tt payé
C est ca la réelle vérité
De plus s attaquer paenr le bas sans deja s attaquer par le haut et bien voilà nous arrivons à un désastreux paysages
Donc se défendre comment qd le système a déjà atteint ttes les catégories À B C
Même les élus ont leurs proposent un poste soit disant dore finalement eux m sont placardiser
Je ne penses pas que les cadres vont se défendre c est plutôt la fuite en avant ou partent par la pression c est un systeme a refaire completement de a a z et surtout je vous assure que c est tres tard pour agir
Je suis persuadée que les services publiques et les agents n ont plus la possibilite de ce defendre puisque le systeme depuis de nombreuses annees s est attaques au statut et que Mr macron est en train d achever
C est pourquoi en tt cas la descente est tellement amorcée que je suis tres pessimiste pour le futur
C est une vision très noire mais reelle

Aurcads

03/05/2019 11h28

Il y a encore peu de temps j’aurais totalement souscrit à l’analyse de M. Bernalicis.

Depuis j’ai quelque peu évolué, car en poussant le raisonnement et les logiques libérales on se rend compte que derrière il n’y a…plus rien !

Où plutôt si, précarité accrue pour les agents, perte de mémoire dans les services ou collectivités parfois dramatique pour assurer la continuité du service public, où les contractuels remplacent en nombre des agents titulaires détenteurs de concours, pas d’économie réelle en tout cas, certainement pas à moyen terme, disparition programmée du principe de libre accès aux métiers de la FP, résultat qu’y gagne t-on ?

Rien du tout, en dehors de la fraction infime qui pourra plus facilement accéder à des postes à forte responsabilité, c’est évident que la (gigantesque !) perte d’attractivité due à l’extinction du statut, entraînera une dégradation rapide du service rendu aux usagers.

Car qui d’un tant soit peu expérimenté ira travailler en CDD sur des postes moins bien rémunérés que dans le privé ? Qui se construira un parcours cohérent, maîtrisera des procédures complexes à mettre en œuvre sur du « temps long » ? Certainement pas grand monde et probablement très peu de gens motivées et compétents si à l’arrivée, les garanties de maintien dans l’emploi sont inférieures à celles d’un simple CDI.

On peut donc selon moi, se placer en tant que spectateur de l’incroyable bêtise de l’oligarchie au pouvoir, capable de supprimer des pans entiers de services publics de son pays, qui fonctionnent plutôt bien jusqu’à preuve du contraire, et ceci par simple idéologie, au mépris du bon sens le plus élémentaire.
Car bien entendu c’est en recrutant des professeurs mal formés et sous-payés que les élèves français rattraperont leur colossal retard, dans certaines disciplines, sur certains de leurs voisins, n’est-ce pas, et on peut étendre cet exemple à bien des domaines.

Donc détendez-vous, et admirez le chef d’œuvre de l’ultra-libéralisme, décidément inégalable quand il s’agit de s’autodétruire : l’anéantissement à moyen terme de la fonction publique, en dépit de toutes ses vertus et au moment où le pays en a le plus besoin. Ce n’est qu’un épisode dérisoire par rapport à ce qui attend nos démocraties dans les prochaines décennies, mais ça illustre déjà parfaitement les mécanismes autodestructeurs que le libéralisme et une construction européenne trop centrée sur le libre-échange, finissent par instaurer.

Vigie Citoyenne

04/05/2019 01h29

Monsieur le député,

Vous ne devriez pas être aussi extrême dans vos propos.
Les contractuels ont toujours existé, et il est bien évident qu’il y aura toujours des fonctionnaires. Tout est question d’équilibre.

Dommage de profiter de ce site pour en faire une tribune politique.

Cordialement.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement