Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Grand débat national

Fonction publique : les annonces qui secouent la territoriale

Publié le 26/04/2019 • Par Claire Boulland • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

©vege - stock.adobe.com
La seconde partie de l'intervention du président de la République devant la presse, le 25 avril, a réservé quelques surprises pour la fonction publique. L'objectif de suppression de 120 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat pourrait être revu et il faut bien selon lui supprimer "entre autres" l’École nationale d'administration. Passage en revue des premières réactions.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Sa déclaration a plus que surpris. Durant l’exercice de questions-réponses avec les journalistes qui a suivi son discours, Emmanuel Macron a dit assumer « totalement d’abandonner [l’objectif de 120 000 postes de fonctionnaires] s’il n’est pas tenable ».

Cette sortie est symbolique, tant elle avait, dès le début du quinquennat, braqué les syndicats de la fonction publique.

Emilie Chalas, rapporteure (LREM) à l’Assemblée nationale du projet de loi de transformation de la fonction publique applaudit sur les réseaux sociaux :

Les syndicats de leurs côtés sont circonspects, à l’instar de Mylène Jacquot (CFDT) : « Dès mai 2017, @UffaCFDT alertait sur une approche uniquement budgétaire de la #FonctionPublique. Mieux vaut tard que jamais… mais quel dommage que ces deux années perdues en discours ô combien inquiétants et dévalorisants pour les agents », écrit-elle sur Twitter.

Mais c’était sans compter l’intervention, ce vendredi sur RTL, du ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Concernant les 70 000 suppressions de postes envisagées dans la fonction publique territoriale, « on y arrivera […] grosso modo » a-t-affirmé, faisant valoir le processus de contractualisation mis en place entre l’État et les collectivités pour limiter leurs dépenses de fonctionnement.

Pour le président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), Philippe Laurent, « de toutes façons, la suppression de 70 000 postes prévus dans la seule fonction publique territoriale n’est qu’un vœu pieux » a-t-il déclaré à l’AFP. « C’est une décision qui n’appartient qu’aux maires. […] Évidemment, si on leur coupe leurs ressources comme on le fait avec la suppression de la taxe d’habitation, ils réduiront peut-être des postes ».

En tout état de cause, Emmanuel Macron a dit avoir demandé au gouvernement de lui « donner son analyse » sur le sujet « d’ici l’été ».

Haute fonction publique : concourir à la réforme

« Il faut supprimer entre autres l’École nationale d’administration [ENA] », a finalement lâché aussi Emmanuel Macron après son allocution. L’avocat Frédéric Thiriez sera chargé de faire des propositions « pour refonder le recrutement, le mode de formation, et la gestion des carrières » des hauts fonctionnaires.

Le président de la République souhaite que la formation soit « plus ouverte » à la recherche, au monde universitaire ainsi qu’à l’international et aux expériences de terrain. « Je ne crois pas du tout au rafistolage et à la réforme ‘un peu' », a-t-il ajouté.

Sur Twitter, l’Association des administrateurs territoriaux (AATF) a promis qu’elle « travaillera pour faire réussir la réforme de la Haute Fonction Publique [qu’elle appelle de ses] vœux depuis cinq ans ».

Quelques jours auparavant, dans le Journal du dimanche, Fabien Tastet, président de l’association, avait co-signé une tribune dans laquelle il préconisait de « sélectionner des profils qui ressemblent davantage à la société », « supprimer les logiques de rente des grands corps » et « décloisonner les trois versants ».

Car si Emmanuel Macron n’a pas évoqué le recrutement des hauts fonctionnaires de la territoriale, cette dernière est bien concernée par le chantier qu’a lancé le gouvernement, le 17 avril dernier, sur le recrutement et l’attractivité de la fonction publique. Le groupe de travail du 21 mai prochain portera sur l’adaptation des modes de recrutement par concours.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fonction publique : les annonces qui secouent la territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

29/04/2019 08h18

Faut-il chercher à s’illusionner à la première petite phrase qui laisserait de l’espoir ou ne faut-il pas plutôt prendre du recul et garder la tête froide pour analyser et comprendre cette politique, les raisons et les buts recherchés ?
Ne perdons pas de vue que la France est dans l’union européenne, qu’elle en dépend pour tout ce qui touche à sa politique économique, parce qu’elle fait partie de la zone euro, en plus…
Et puisque nous devons appliquer les traités européens, nous devons accepter de suivre les directives que nous impose Bruxelles. Nous nous y sommes même engagés en modifiant notre propre constitution.
Ceci étant posé, à quoi la Fonction publique est-elle exposée ?
Les traités nous imposent une mise en concurrence avec le privé, par l’article 106 du TFUE.
La politique économique nous impose une austérité perpétuelle, pour réduire notre dette… Et donc, impose que l’Etat réduise chaque année, ses dépenses, réduise le budget de la Fonction publique et des collectivités. La vision de l’UE, c’est une vision comptable, uniquement comptable. Que notre pays ait une longue tradition de service public, que cette politique soit le garant du respect de notre devise républicaine, liberté, égalité et fraternité, et de l’unité de notre territoire à travers une solidarité nationale, l’UE s’en moque !
Donc, les réductions d’emploi annoncées seront maintenues, à terme.
Les réductions de budget, seront également poursuivies sur la durée, comme elles le sont depuis de nombreuses années, mais en s’amplifiant.
Des hôpitaux continueront de fermer, tout comme des classes d’écoles, ou des écoles entières, des services publics seront concédés au privé, une partie de notre patrimoine sera vendu, pour satisfaire Bruxelles et sa politique néolibérale.
Tout le reste n’est que littérature.
Une solution ? Oui, une seule : FREXIT !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement