logo
DOSSIER : Culture : mieux irriguer les territoires
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/619111/les-metropoles-sont-une-sorte-de-laboratoire-culturel/

POLITIQUES CULTURELLES
« Les métropoles sont une sorte de laboratoire culturel »
Hélène Girard | Actualité Culture | France | Publié le 11/07/2019 | Mis à jour le 10/07/2019

Maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole (Puy-de-Dôme), Olivier Bianchi copréside à France Urbaine la commission Culture et attractivité du territoire. Il estime que les métropoles culturelles doivent trouver le point d’équilibre entre rayonnement et proximité, subsidiarité et déploiement intercommunal.

BIANCHI OLIVIER Florent Giffard (2)
S’il est un domaine où les communes membres d’une métropole ou d’une interco XXL regardent d’un œil méfiant les intentions de la ville-centre, c’est bien celui de la culture. Leur crainte est de voir leur identité et leurs besoins oubliés, voire sacrifiés sur l’autel des grands équipements et des événements prestigieux, vecteurs de rayonnement au-delà des limites métropolitaines. Un écueil qui, pour Olivier Bianchi, n’est pas une fatalité.

Maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole (Puy-de-Dôme), l’élu auvergnat est un fin connaisseur des politiques culturelles : il copréside, avec son homologue de Cannes, David Lisnard, la commission « culture et attractivité du territoire » de France Urbaine.

Quel est l’état des lieux en matière de métropolisation culturelle ?

Il y a plusieurs constats à faire. J’observe d’abord une grande diversité selon les territoires. C’est sans doute un des phénomènes spécifique de l’intercommunalité : les réponses apportées en termes de politiques publiques, en culture comme pour les autres secteurs, sont très en phase avec la réalité du territoire, les volontés politiques des maires qui constituent le bloc communal.

En conséquence, il n’existe vraiment pas de modèle homogène de développement culturel intercommunal : les mêmes compétences n’ont pas été transférées partout, toutes les intercos ne sont pas au même niveau d’intégration.

Certes, on trouve quelques invariants : je pense par exemple aux politiques de lecture publique, aux équipements de centralité. Mais globalement, les politiques sont très différentes d’un territoire à l’autre. Ce qu’il faut voir comme un élément positif, car c’est une déclinaison de la volonté du territoire de décider à l’échelle intercommunale de ce qu’est sa politique métropolitaine.

La deuxième observation, c’est que, dans les intercos, peut-être plus que dans les autres échelons, les politiques culturelles se diffusent dans l’ensemble des politiques publiques. Les métropoles ont le développement économique, donc certaines d’entre elles ont des financements qu’elles n’auraient pas au regard des seules politiques culturelles. C’est notre cas, pour Clermont Auvergne Métropole, où nous avons fait le choix des industries créatives et culturelles. Cela vaut aussi pour les crédits politiques de la ville.

On voit donc ainsi des politiques culturelles qui se retrouvent diffusées dans tous les champs d’intervention de la métropole. De ce fait, les recenser n’est pas toujours facile.

Faites-vous d’autres constats ?

Oui, ma troisième observation porte sur les objectifs métropolitains, qui sont aussi des éléments très forts d’attractivité et de rayonnement. Les politiques culturelles sont souvent au centre de cette préoccupation. Mais elles sont aussi mises au service de la construction d’un récit métropolitain, d’un destin commun. Ce que j’appelle la chair et le sang. La culture est mobilisée pour donner du sens à des regroupements qui sont d’abord d’opportunité, liés, par exemple, à des raisons de transports, de réseaux d’eau et d’assainissement etc., en bref aux grandes compétences structurantes.

Si on veut que les habitants se reconnaissent dans ce territoire nouveau, très vite apparaît l’intérêt des politiques culturelles.

L’intercommunalité culturelle, en particulier métropolitaine, se prête-t-elle à l’expérimentation ?

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN