« Une boîte à outils qui va permettre la réorganisation de la fonction publique »

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

« Une boîte à outils qui va permettre la réorganisation de la fonction publique »

Publié le 23/04/2019 • Par Bénédicte Rallu • dans : A la une, A la Une RH, France, Toute l'actu RH

emilie-chalas
patricia marais
Alors que le projet de loi fonction publique entame le 2 mai son examen en commission des lois , la députée LREM de l’Isère Emilie Chalas, rapporteure du texte, revient sur les sujets clés qu’elle défendra lors du débat dans l'hémicyle.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le calendrier est connu. Après son examen en commission des Lois, prévu les 2 et 3 mai prochains, le projet de loi de transformation de la fonction publique devrait être débattu en séance publique entre les 13 et 17 mai à l’Assemblée nationale. Dans l’optique d’un débat parlementaire très attendu, la rapporteure du texte, Emilie Chalas, a répondu à nos questions.

Pendant plus d’un mois, vous avez mené des auditions. Quel bilan en tirez-vous ?

Nous avons réalisé une quarantaine d’auditions, puis fait des déplacements dans quelques territoires (Montpellier, Grenoble, Lens, Rennes) à la rencontre des trois versants de la fonction publique. Des organisations syndicales de centrales parisiennes sont farouchement opposées au titre I du projet de loi (sur le dialogue social, ndlr).

Les employeurs publics territoriaux arrivent à apporter des positions communes. C’est une très bonne nouvelle pour la fonction publique territoriale.

D’autres sont constructifs et font des propositions qui me semblent intéressantes. J’ai été agréablement surprise par l’organisation des employeurs publics territoriaux. Ils arrivent à apporter des positions communes. C’est une très bonne nouvelle pour la fonction publique territoriale et pour les territoires que leurs responsables se parlent et se coordonnent dans ce qu’ils veulent porter dans leur fonction publique territoriale.

Nous avons eu aussi une audition très intéressante avec l’association « la Cordée » sur la ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Une boîte à outils qui va permettre la réorganisation de la fonction publique »

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

24/04/2019 06h39

Pour ceux qui sont entrés dans la fonction publique il y a de nombreuses années, les propositions actuelles ne sont pas un scoop!
Voilà des années que les élus demandent plus de souplesse pour la gestion de leurs personnels avec en ligne de mire la possibilité d’engager des contractuels.

Si dans un premier temps ces derniers n’avaient pas (au moins officiellement) une carrière, la mise en place de contrats à durée indéterminée a bien changé les choses. Mme Chalas ne dit-elle pas qu’il y a 20 % de contractuels?

Si on veut aller plus loin, pourquoi pas! mais arrêtons alors de singer le privé dans les seules mesures qui sont défavorables aux agents. Mettons aussi en place une politique salariale similaire. Ah oui mais cette loi n’a pas pour objet d’aborder ce dossier… on verra cela plus tard.
Quand je vous dit que l’on singe le privé, n’est ce pas démontré par ces propos?

Néanmoins on met en place un projet de loi concernant les retraites concernant à la fois le public et le privé. Si pour le privé les grands principes bougeront peu, pour le public il est certain que le changement est majeur… mais pas question d’aborder la question des salaires donc des charges sociales et des retraites des agents publics.

Mon père disait que pour vivre heureux il vaut mieux rester caché!

Mais il faudra bien qu’un jour ce Gouvernement abatte ses cartes. Si en fait M. Macron avait indiqué au cours de sa campagne qu’il était pour le changement, il n’avait pas indiqué comment il allait l’appliquer.

N’oublions pas les derniers propos que le Président de la République aurait tenu: travaillons plus pour…
Comme je l’ai déjà indiqué je vous invite à lire un petit livre de Coluche reprenant ses bons mots.
Eh bien, M. Balladur dans les années 1980 disait déjà que pour avoir moins de chômeurs, il faut travailler plus!

MURAKAMI

25/04/2019 08h50

Il va falloir une grosse boite à outils…
Je suis fonctionnaire d’état depuis de nombreuses années et honnêtement la soupe est bonne dans l’administration…
En premier lieu, il faut supprimer les catégories A,B, et C.
Instaurer une véritable GPEC
En matière de formation, aligner sur le privé le CPF en euros et pas en heure, il faut singer le privé.
Recruter sur les compétences et pas sur la logique catégorielle et supprimer les recrutements sur concours.
Supprimer aussi le passage d’échelon uniquement basé sur la durée.

clarisse

09/05/2019 11h02

Il y a aujourd’hui des CDD qui arrivent dans les collectivités et qui sont beaucoup plus rémunérés que les titulaires qui ont 20 ans d’ancienneté !
Ex : un GOS (Département) en CDD employé à 1700 Euros nets
contre un adjoint administratif classe 2 qui perçoit 1730 Euros avant déduction impôts après 20 ans d’ancienneté !
Quelle injustice !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement