Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Edito] Relations Etat-collectivités

La commune vaut bien une messe

Publié le 19/04/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

L'hôtel de ville de Paris
L'hôtel de ville de Paris Adobestock
La maison du peuple qui recueille le trésor de Notre-Dame. Au cœur du drame du 15 avril, l’hôtel de ville de Paris a été un phare dans la nuit. Le symbole de la permanence du pouvoir municipal.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La maison du peuple qui recueille le trésor de Notre-Dame. Au cœur du drame du 15 avril, l’hôtel de ville de Paris a été un phare dans la nuit. Le symbole de la permanence du pouvoir municipal. Née, comme les cathédrales, au milieu du Moyen Age, la commune a d’abord servi d’instrument d’émancipation contre les féodalités, puis d’école de la démocratie. Un bain de jouvence dans lequel s’est plongé Emmanuel Macron à l’occasion du grand débat. Au milieu de la nuée d’écharpes tricolores des maires, il s’est posé en élu parmi les élus. Une cure de modestie qui n’était pas inutile…

Une opposition frontale

Le président de la République a parlé la même langue que les édiles. Mais pour reconstituer l’alliance entre l’Etat et les communes, il ne pourra se contenter d’échanges à brûle-pourpoint. Il devra tendre la main à la principale représentation des élus, l’Association des maires de France (AMF). Une organisation laissée sur le bas-côté depuis son sacre élyséen, d’abord au profit de France Urbaine et de l’Assemblée des communautés de France, puis, avec la crise des « gilets jaunes », de l’Association des maires ruraux de France. D’où, en retour, la réaction de l’AMF qui a constitué, aux côtés de l’Assemblée des départements de France et de Régions de France, Territoires unis.

Le chemin de la concorde

Malgré un rendez-vous sous l’égide de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, les relations restent fraîches avec l’exécutif. Durant ses grands oraux devant les maires, Emmanuel Macron n’a pas perdu une occasion de « se payer » le numéro deux de l’AMF, André Laignel, coupable, à ses yeux, de conservatisme sur la réforme des dotations. Des provocations inutiles. C’est tout au contraire en nouant un échange fructueux avec les corps constitués que le chef de l’Etat trouvera son cap en matière territoriale. Ainsi, Emmanuel Macron ranimera l’esprit de Notre-Dame, théâtre, sous Philippe le Bel en 1302, de la première réunion des états généraux.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La commune vaut bien une messe

Votre e-mail ne sera pas publié

chocho

24/04/2019 08h26

Cet article est excellent et rappelle qu’effectivement, au temps où les églises se vident, la maison du Peuple vaut bien un édifice religieux. Certes les deux sont compatibles et peuvent, et doivent même cohabiter, mais on a bien senti que le Président Macron a longtemps hésité à les placer sur le même plan. L’actualité vient de lui rappeller les sagaes paroles de Victor Hugo, un croyant authentique et qui qui s »y connaissait un peu en édifices religieux : « L’Etat chez lui, l’Eglise chez elle ». Reconstruisons donc tres vite, mais n’oublions pas où se trouve le pouvoir du Peuple. il semble que sur ce sujet, le président Macron soit revenu sur ses positions antérieures s’évitant en celà des très gros problèmes dont la France n’a nul besoin. Il faudrait une fois pour toute qu’il comprenne qu’il détient son pouvoir du Peuple et pour un temps limité.

Saf

25/04/2019 01h24

Très juste sur les communes mais si le numéro 2 de l’AMF critique le Président , ce n’est Pas une provocation de la part du Président de lui répondre !!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement