Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

Les leçons de la première vague de privatisation d’aéroports

Publié le 19/04/2019 • Par Caroline Garcia Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

Terminal building at Nice Airport. Provence. France
Nick Hawkes
Au moment où la cession des parts d’Aéroports de Paris provoque un vent de protestation, le précédent de Toulouse-Blagnac n’incite pas les élus locaux à la quiétude. Si les critiques sont moins fortes à Lyon, seule la privatisation à Nice est vue comme globalement positive.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le feu vert du Parlement, le 10 avril, ne change rien à l’affaire. La fronde ne cesse d’enfler contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Des parlementaires issus des partis de gauche, de droite et du centre ont atteint, le 8 avril, le quorum qui leur permet d’enclencher la procédure de référendum d’initiative partagée. Pour que la cession des 50,6 % de l’Etat soit soumise à l’approbation du peuple français, ce front anti-Macron devra, entre autres, recueillir 4,7 millions de paraphes.

toulouse

Les élus d’Ile-de-France aussi veulent avoir leur mot à dire sur la dynamo de leur région, propriétaire foncier de tout premier plan (6 700 hectares au total). Lors de la discussion du texte, ils ont obtenu quelques garanties. Ils ont décroché la possibilité d’entrer au capital d’Orly, de Roissy et du Bourget, sans décret préalable du Conseil d’Etat. Une piste qui porte la marque des départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Les deux collectivités ont monté un pool avec le fonds Ardian afin de prendre 29,9 % des parts d’ADP. Une manière d’éviter que Vinci fasse main basse sur ADP et s’adresse, comme pour les autoroutes, aux pouvoirs publics uniquement lorsqu’il s’agit de réclamer des fonds…

Profit maximum

Les autres départements d’Ile-de-France, dont le Val-de-Marne communiste, envisagent de prendre part à cette initiative. La ville de Paris, elle-même, ne ferme pas cette porte. Mais des incertitudes demeurent. Quand l’Elysée ne se montre pas hostile à une vente à la découpe du capital de l’Etat, Bercy privilégie une cession en bloc de ces parts qui ferait rentrer davantage de subsides. Les collectivités maintiennent une pression maximale sur ce dossier.

Elles ont été échaudées par la cession, voici quatre ans, des parts que détenait l’Etat dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac. « La privatisation a été mal engagée par le choix d’un montage complexe destiné à servir des intérêts contradictoires et d’un cahier des charges pas assez exigeant », résumait la Cour des comptes en 2018, dans un rapport consacré aux processus de privatisation des aéroports régionaux. La cour administrative d’appel de Paris est allée plus loin. Dans un arrêt en date du 16 avril dernier, elle annule la procédure de privatisation. Un coup de théâtre qui intervient alors que le groupe chinois Casil, qui a profité de l’opération, veut se séparer de ses parts (49,9 % du capital acquis pour 308 millions d’euros en 2015). Le tout après avoir perçu 30 millions d’euros de dividendes en quatre ans. Un imbroglio qui inquiète les élus locaux.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les leçons de la première vague de privatisation d’aéroports

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

23/04/2019 08h31

Un « front anti-Macron » ? Pas vraiment.
C’est surtout un front de la quasi totalité des Français contre la politique que mène Macron, obéissant servilement aux demandes de Bruxelles.
C’est la raison essentielle des privatisations ; la France doit abandonner ses parts dans des entreprises privées, elle doit accepter de voir ses services publics être mis en concurrence avec le privé puisque ce sont les traités européens qui l’imposent.
Et notre président Macron, incapable de s’y opposer en sortant le seul argument recevable, l’intérêt stratégique, pousse à la vente de tout notre patrimoine rentable… Les heureux bénéficiaires de ces ventes se retrouvent, parfois, être des proches du président… L’intérêt des Français, lui, est très faible ou même nul, quand il s’agit de la vente d’AdP…
C’est dommage de ne pas expliquer le rôle de l’UE dans la politique française alors que nous sommes en plein campagne pour les européennes…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement