Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Dette publique : les Français désignent le coupable à l’issue du Grand débat

Publié le 12/04/2019 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

Juge marteau justice sanction amende juge
Juge Gavel
Comme tous les vendredis, retrouvez le billet du Club Finances. Cette semaine, focus sur les résultats du Grand débat national. La fiscalité et les dépenses publiques ont bien été largement évoquées. Les contributeurs ont pensé fiscalité mais plutôt nationale que locale et demandent de réduire les dépenses d’abord de l’Etat bien plus que celles des collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Si le gouvernement pensait faire porter le chapeau de la dette et de la réduction des dépenses aux collectivités en s’appuyant sur le Grand débat national, c’est raté. Dans un fatras de réponses très diffuses pour des questions pourtant bien fléchées, les 186 711 personnes apportant leur propre contribution sur les impôts et les dépenses sont ainsi 24,2 % à souhaiter une réforme fiscale et 17,7 % à vouloir réduire les dépenses publiques, mais seulement 2,6 % à viser les dépenses des collectivités territoriales. Si l’Etat fait donc tout pour embarquer les collectivités dans son effort de réduction d’une dette à laquelle elles ne contribuent pourtant qu’à peine à hauteur de 8 %, les citoyens de ce pays ont, eux, clairement identifié le coupable.

Le problème identifié… la solution aussi ?

Et même quand le questionnaire se fait plus directif en demandant aux Français quelles dépenses publiques – de l’Etat, sociales ou des collectivités – faut-il réduire en priorité pour baisser les impôts et réduire la dette, ils ne sont que 18 % des 343 589 contributeurs à désigner les collectivités, contre 56 % l’Etat, avec une seule réponse possible.

Plus rassurant encore pour les acteurs locaux : plus les répondants sont éloignés des services publics et plus ils vivent dans une commune rurale, moins ils souhaitent réduire les dépenses des collectivités. L’action locale fait visiblement sens pour cette catégorie de population. Aussi, non seulement on pourrait se laisser à penser que le problème est identifié, mais la solution aussi…

5 Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dette publique : les Français désignent le coupable à l’issue du Grand débat

Votre e-mail ne sera pas publié

Murakami

12/04/2019 12h17

C’est normal que seulement 18% des contributeurs (et encore, je trouve ce chiffre élevé) par rapport aux 56% qui désignent l’état comme responsable. La raison est simple : peu de gens connaissent les sources de financement des collectivités :
– La taxe d’habitation
– La taxe sur le foncier non bâti
– La taxe sur le foncier bâti
– La contribution économique territoriale (EX-taxe professionnelle)
– Droits de mutation
– TICPE ( c’est d’ailleurs cette taxe qui à mis les gilets jaunes sur les ronds points)
– La taxe sur les cartes grises
– La taxe sur l’électricité
– La taxe différentielle sur les véhicules de société
– La taxe sur les ordures ménagères
Au total 130 Milliards d’euros.
A comparer aux 144 Milliards de TVA et aux 76 Milliards de l’IR ( moitié moins par rapport aux ressources des collectivités locales) Donc c’est bien aux collectivités locales qu’il faudrait demander un effort et pas à l’état. CQFD.

Citoyer vigilant

17/04/2019 04h54

Murakami, vous listez facilement l’impôt mais peu la dépense qui va en face bizarrement… Or, il suffit de regarder les chiffres des efforts déjà consentis par les collectivités et l’aide apportée à la population par les élus locaux dans pour comprendre que sur les 3 versants de la fonction publique, l’hospitalier et la territoriale ont fait le job, l’Etat non (démontrez le contraire vous rapprocherait certainement plus de votre CQFD mais bon je peux déjà vous dire que c’est impossible ;) ).

Par ailleurs, si on met un peu de sens critique sur votre liste : des droits de mutation jusqu’à la taxe sur le véhicules de société se sont des impôts étatiques sur lesquels les collectivités non pas la main et qui viennent compenser des charges transférées par l’Etat.

Ensuite, en oubliant sciemment des impôts comme l’impôt sur les sociétés, l’impôt sur les successions ou des cotisations comme la CSG (et d’autres) vous faites passer l’Etat français pour une entité avec une gestion parfaite de ses finances. Rappelez-moi juste à quelle hauteur est endetté l’Etat français ? Depuis quand celui-ci n’a pas voté un budget en équilibre ? Et comparé ces chiffres à ceux des collectivités le résultat risque de vous surprendre !

HERMES

15/04/2019 04h22

Intéressants les commentaires dans cet article. Ils sont dignes des intellectuels qui n’ont jamais quitté la capitale!

Quand on connait les taux de taxes foncières et d’habitation de la plupart des communes rurales, heureusement que la population concernée ne demande pas sa réduction. Je connais le cas d’agriculteurs vivant dans une commune rurale, dans une belle maison de plus de 200 m2 plus un sous-sol de 100 m2 dont le total pour ces taxes est inférieur à 600 €.

En ce qui me concerne, pour un bien similaire je paye environ 4500 € (commune semi-urbaine dans un département rural). Et je n’ai pas honte d’affirmer que je paye trop cher pour le nombre et la qualité des services.

Murakami

16/04/2019 12h21

Je ne comprends pas votre commentaire? Si je comprends bien , vous parlez d’une différence de traitement ou d’imposition. La question est de savoir si il y a trop de taxes et les économies à réaliser : demander à l’état une réduction des impôts alors qu’il perçoit 76 milliards d’IR ou alors demander aux collectivités qui perçoivent 130 milliards de revenus. Et donc qui doit faire des économies ou réduire la voilure?

S L S

24/04/2019 12h26

La mauvaise fois de certains ici est déplorable, voici les chiffres issues de l’Etat (source : https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/budget-comptes-etat/budget-etat/essentiel/s-informer/d-vient-argent-etat#.XMA1LGcUm70)
Les recettes fiscales de l’Etat français étaient en 2018 de 273,5 milliards
Il a aussi d’autres revenus, recettes non fiscales (12,5 milliards) et fonds de concours (5,3 milliards)
Le total donne 291,3 milliards, sur lesquelles il transfert 62 milliards pour les collectivités et l’Union Européenne. Il lui reste donc 229,3 milliards en recettes nettes. Si l’Etat les gérait mieux, il arrêterait de creuser la dette. Pour rappel, il est responsable de 76,7 % de la dette publique du pays au sens de Maastricht (source INSEE 2016)

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement