logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/616665/jjean-claude-juncker-pris-au-mot-par-des-professionnels-du-spectacle/

ELECTIONS EUROPÉENNES 2019
Politique culturelle européenne : Jean-Claude Juncker pris au mot par des professionnels du spectacle
Hélène Girard | Actualité Culture | France | Publié le 10/04/2019

Dans un plaidoyer publié en vue des élections du 26 mai prochain, le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac) réclame un nouvelle politique culturelle européenne.

Savvapanf Photo-AdobeStock-Europe-UNE

Les acteurs culturels vont-ils s’emparer de la campagne des élections européennes du 26 mai  prochain ? En tout cas, le débat vient d’être lancé par le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac), qui compte quelque 400 structures adhérentes (centres dramatiques et chorégraphiques nationaux, scènes nationales, théâtres, compagnies et ensembles musicaux).

Dans un plaidoyer intitulé « Pour une culture de la liberté – Vers une politique européenne intersectorielle [1] », et publié le 28 mars, l’organisation professionnelle appelle de ses vœux « une autre Europe », capable de faire face aux « manifestations populistes qui remettent en cause la culture de la liberté exprimée par tant d’artistes » et synonyme de « dialogue entre ses citoyens » et de « cohésion sociale, préalable au développement sociétal, politique et économique. »

1% du budget européen pour la culture

Les responsables du communication [2] à Göteborg (Suède) sur le renforcement de l’identité européenne par l’éducation et la culture :

L’éducation et la culture sont la clé de l’avenir, tant pour l’individu que pour notre Union dans son ensemble

Rebondissant sur cette citation, le Syndeac demande :

Des préconisations avancées en association avec Culture Action Europe [4], un réseau d’acteurs culturels et d’artistes européens, Relais Culture Europe [5]  le bureau en France d’Europe créative, et l’Alliance européenne pour la culture et les arts [6], groupe d’acteurs culturels auteurs d’une déclaration commune en juin 2017.

Maillage exceptionnel de la France

Pour le Syndeac,  il y a urgence. Car « tout converge vers un constat alarmant : le risque de dislocation de l’Europe en tant qu’unité politique est réel. » Et de citer les symptômes de ce malaise : « crises sociales [qui] se multiplient », « discours d’affirmation d’identité nationale », « tentation populiste » etc.

Pour autant, le Syndeac veut croire aux capacités des pays de l’Union pour dessiner un horizon plus prometteur. « Il existe une culture européenne et c’est bien celle-ci dont il s’agit de retrouver le sens. » De plus, « nous disposons déjà de dispositifs et d’outils précieux dans un paysage composé de capitales culturelles, de festivals et d’institutions. »

« Dans de nombreuses institutions européennes, théâtres ou musées, poursuivent les auteurs  du manifeste, des politiques de relations avec les publics se déploient désormais hors-les-murs proposant à tous de découvrir l’art à portée de regard ou de contribuer à l’invention d’œuvre.» Et la France peut donner l’exemple, avec son «  maillage artistique et culturel public exceptionnel. »

La compagnie Kaoukafela au Festival des arts de la rue et du cirque de Sceaux, en 2010 ©Myrabella CC BY 3.0 via wikimediacommons

La compagnie Kaoukafela au Festival des arts de la rue et du cirque de Sceaux, en 2010 ©Myrabella CC BY 3.0 via wikimediacommons

Projets culturels intersectoriels

Seulement pour le Syndeac, cela ne suffit pas.  « Malheureusement, ces projets manquent souvent de visibilité », alors que le « travail souterrain d’action artistique, patient et minutieux », qu’ils impliquent permet de tisser de nouvelles relations aux territoires « délaissés par le politique », pour construire « une autre politique de proximité. »

Le défi d’aujourd’hui, soulignent les responsables de l’organisation professionnelle, « est bien de construire une Europe culturelle des artistes et des habitants. » Et de constater que de « nombreux artistes » sont déjà présents sur le terrain avec « des projets proches des territoires », où se croisent  problématiques « d’habitat, de transition environnementale et de relations entre les êtres. »

Il faut donc, selon eux, affirmer la « place cardinale de la culture au cœur de différents secteurs ».  C’est sur cet axe, estime le Syndeac, « que se joue l’avenir d’une politique culturelle européenne qui intègre territoires et territoire européen, proximité et diversité, mobilité et mixité. »

Un appel pour le croisement de la culture avec d’autres secteurs de l’action publique que le Syndeac a également lancé récemment à l’échelle de la France [7].

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN