logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/616424/quatorze-propositions-pour-retablir-lequilibre-urbain-rural/

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
Quatorze propositions pour rétablir l’équilibre urbain-rural
Delphine Gerbeau | France | Publié le 05/04/2019

Les députés Thibaut Bazin et Jean-Claude Leclabart ont présenté le 3 avril les conclusions de la mission flash sur l'équilibre entre territoires urbains et ruraux, dont ils sont rapporteurs. Ils appellent à une nouvelle politique d'aménagement du territoire, qui soutiendrait les complémentarités entre ces deux types d'espaces.

vue aérienne1

Lancée à la rentrée 2018, la mission flash sur les équilibres entre territoires urbains et ruraux est on ne peut plus d’actualité. Elle recoupe par ailleurs le récent rapport de la cour des comptes relatif aux services publics en milieu rural.

La quête de l’équilibre entre territoires urbains et ruraux guide les politiques d’aménagement du territoire depuis les années 60 et la création de la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale). L’objectif est cependant de moins en moins atteint ces dernières années, avec l’accent mis sur la « métropolisation » du pays.

Pour les rapporteurs de la mission flash, « l’effet d’entraînement des métropoles sur les territoires environnants, présumé par la législation récente, n’est pas systématique et se serait même atténué à partir des années 2000. Autrement dit, la théorie dite du « ruissellement » apparaît inopérante, et le resserrement de la croissance autour des métropoles n’est pas une fatalité ».

Des notions multiformes

La mission a d’abord questionné les notions mêmes d’urbain et rural, qui ne sont pas monolithiques et répondent à des caractéristiques diverses. Elle questionne l’orientation des politiques menées ces dernières années, qui ont visé à des regroupements institutionnels, « partant de l’idée reçue selon laquelle ce qui est productif devrait nécessairement être grand ».

Les députés ont notamment auditionné le géographe Gérard-François Dumont, pour qui « c’est une véritable

POUR ALLER PLUS LOIN