Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Un long métrage pour sensibiliser à l’isolement des personnes âgées en milieu urbain

Publié le 11/04/2019 • Par Christine Berkovicius • dans : Innovations et Territoires, Régions

tournage de "un jour tu vieilliras"
Ville d'Orléans
Tourné avec des acteurs locaux, le film a l’ambition de servir de support à des débats sur le vieillissement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Orléans (Loiret) 115 000 hab.] Début février, le public orléanais se presse pour voir le film « Un jour, tu vieilliras… », à l’affiche du cinéma d’art et d’essai de la ville. A l’écran, on découvre Suzanne, une octogénaire qui s’enfonce dans la déprime après la mort de son mari. Son chemin croise celui de Jean-Daniel, 60 ans, cadre supérieur écarté de son poste pour être affecté au mécénat, qui doit s’intégrer à contrecœur dans une association d’aide aux personnes âgées. Cette rencontre va changer leur vie. Signe distinctif de ce long métrage de 90 minutes, il a été produit par le centre communal d’action sociale (CCAS) d’Orléans, qui a mené le projet de bout en bout avec une équipe de comédiens amateurs encadrée par un réalisateur professionnel, Edouard Carrion.

Des bouts de vie

A l’origine de cette initiative inédite, on trouve une animatrice du CCAS, Christelle Poussier, sensibilisée depuis des années à la solitude des aînés. « Je voulais communiquer sur le sujet en touchant un maximum de monde et j’ai eu cette envie d’en faire un film », explique-t-elle. Pour creuser son sujet, elle mène l’enquête auprès de ses collègues qui s’occupent des personnes âgées isolées, consigne « des bouts de vie » dans ses carnets, et finit par contacter le réalisateur dont elle avait vu un précédent film. Avec lui, elle valide la faisabilité du projet, avant de le soumettre à sa cheffe de service, qui lui donne le feu vert.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un long métrage pour sensibiliser à l’isolement des personnes âgées en milieu urbain

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement