Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand débat national

Réformer les services publics, oui mais comment ?

Publié le 05/04/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Hemicycle of French national assembly  in Paris, France
S.BONAIME AdobeStock
Après la fiscalité, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté, l'organisation de l'Etat et des services publics était au menu des députés, plutôt désabusés, le 3 avril au soir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est face à  un hémicycle clairsemé que les députés ont mené, aux alentours de 21h30 le 3 avril, le quatrième grand débat relatif à l’organisation de l’Etat et des services publics.

Le constat est unanime quels que soient les groupes politiques : lors des débats organisés sur les territoires, le besoin de services publics est largement remonté, et d’un service public plus humain, qui ne se limite pas à des services publics dématérialisés.

La députée du Tarn-et-Garonne (Libertés et territoires) Sylvia Pinel fait le constat « d’une action publique dans les territoires sclérosée par la verticalité d’un pouvoir qui ne s’exprime qu’au travers d’une concentration excessive. Le résultat de cette organisation centralisée, de ce jacobinisme ambiant, c’est l’impossibilité pour les territoires de déployer tout leur potentiel ».

Pour Jacques Maire, député des Hauts-de-Seine (LREM), « les Français trouvent aussi qu’ils paient très cher leurs services publics et ont un fort niveau d’attente. Ils sont déçus par le recul des services publics dans les territoires fragiles ; ils sont traumatisés par la politique du rabot menée depuis des années ».

Rapprocher l’administration du terrain

Certains sont allés du delà du constat, partagé par tous. Pierre Morel-A- L’Huissier, député de la Lozère (UDI), propose : « Il faut que l’administration d’État soit à l’écoute des territoires, et, pour cela, intègre les maisons de services au public (MASAP). Il faut que l’ingénierie de l’État puisse

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réformer les services publics, oui mais comment ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement