Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

interview

« La péréquation des départements doit prendre en compte les dépenses et les ressources »

Publié le 04/04/2019 • Par Frédéric Ville • dans : Actu experts finances, France

Nicolas Fricoteaux président Conseil départemental de lAisne
FX Dessirier
Nicolas Fricoteaux, président du conseil départemental de l’Aisne (536 136 hab.), s’est beaucoup investi sur la péréquation horizontale ou verticale des départements. Il explique pourquoi il la juge perfectible.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La péréquation horizontale entre départements compte aujourd’hui cinq fonds. Pour vous, son défaut est de prendre en compte soit les dépenses, soit les ressources, mais jamais les deux en même temps…

Effectivement. Par exemple, pour le fonds de solidarité entre les départements sur les DMTO, certains départements ont des dépenses qui ont augmenté, et c’est normal qu’elles soient prises en compte. Dans notre cas, le reste à charge sur les trois allocations individuelles de solidarité (AIS) (1) est passé de 30 à 84 M€ entre 2008 et 2019. Mais dans le même temps, certains départements ont vu leurs DMTO augmenter sensiblement, d’autres très peu : l’Etat se contente de considérer les volumes. Paris est désormais à 400 €/an/hab. de DMTO, quand l’Aisne est à 70 € et la moyenne des départements à 140 €. En 2019, l’Aisne reçoit en net 10,8 M€ (3 M€ de contribution pour 13,8 M€ de bénéfice).

Mais imaginons que l’on soit à la moyenne nationale des DMTO via le jeu de la péréquation. Nous aurions alors (140 – 70) x 540 000 habitants = 37,8 M€ de plus dans notre budget, de quoi rapidement résorber notre encours de dette (500 M€). En résumé, si on considère pour certains un fort reste à charge et une absence d’augmentation des DMTO, on obtient un faible « pouvoir d’action publique » (PAP). Il faut donc non pas un prélèvement uniforme, mais faire contribuer davantage ceux qui bénéficient des DMTO.

Est-ce pareil pour le fonds de soutien interdépartemental (FSI) 2019-2021 instauré par la loi de finances pour 2019, et financé par la progression des DMTO ?

Oui, le FSI repose en partie

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La péréquation des départements doit prendre en compte les dépenses et les ressources »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement