Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Réforme de la fonction publique

Quand le sujet très politique du temps de travail refait surface

Publié le 08/04/2019 • Par Bénédicte Rallu • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

Businessman is sitting at the desk and is looking at the hand wi
adobestock
Le projet de loi « fonction publique » comporte un article visant à harmoniser la durée du travail dans la territoriale. Son objectif réel pose question.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Récupérer de l’équivalent – temps plein en faisant travailler davantage les agents publics. Ce graal politique, marronnier des médias, qui fait hurler les fonctionnaires, continue de faire le buzz. La présentation du projet de loi « fonction publique » en conseil des ministres le 27 mars n’a pas échappé au phénomène.

Un rapport de l’IGF sur le temps de travail, révélé la veille du conseil des ministres, indiquait que « 310 000 agents au moins travaillent moins de 1 607 heures par an » dans la FPE. Au même moment, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, procédait à un calcul : « S’ils faisaient 35 heures, ce serait l’équivalent de 30 000 fonctionnaires supplémentaires, plus encore, 35 000 avec la territoriale »… Le rapport de l’IGF ne concerne que l’Etat, mais le ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club RH

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand le sujet très politique du temps de travail refait surface

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

11/04/2019 04h51

Imaginons une collectivité dont les agents travaillent 200 jours par ans et 7 heures 48 minutes par jours.
Il suffira de porter la durée journalière à 8 heures 2 minutes pour respecter l’obligation de 1607 heurs par an. Si le nombre de jours de travail est de 206, le nombre d’heures annuels est atteint!

Au vu des salaires des ministres, des députés, des sénateurs et de leurs collaborateurs, ce débat a-t-il du sens? N’ont-ils pas de sujets plus pressants à traiter?

Mais il faudra aussi s’interroger sur le temps de travail de nombreux agents (surtout des cadres mais pas seulement) qui sur la base de 200 jours font nettement plus de 1607 heures par an.

Comment faire pour que ces derniers ne dépassent pas le temps de travail annuel. Ou bien vont-ils être payés pour ces heures supplémentaires comme c’est le cas dans le privé?

On pourrait enfin imaginer que pour bien singer ce qui existe ailleurs, on pourrait mettre en place le forfait jour… Génial, dans ce cas tous les cadres concernés vont voir leur salaire augmenter pour être similaire à celui que l’on trouve dans les grands groupes.

Soyons sérieux!

En France nous avons l’habitude de traiter un problème général en le décomposant en autant de questions à traiter individuellement. Eh bien sûr, on ne répond qu’à chacune des questions de manière individuelle sans se soucier des autres points.

On le voit bien actuellement avec la question des retraites en disant aux fonctionnaires que le sujet des salaires soumis à cotisation n’est pas d’actualité. Il sera traité plus tard après l’adoption de la loi sur les retraites. Si cette solution permet de remettre à plus tard les problèmes inévitables, ce n’est pas ainsi que j’envisage le traitement d’un problème de société.

Fixer le courroux de la population sur le temps de travail est une solution pour éviter de répondre aux vrais enjeux de notre société. Mais c’est surtout une forme de désinvolture que les différents représentants au plus haut de l’Etat appliquent depuis bien longtemps.

Cela me fait penser à l’expression « tout changer… en ne changeant rien »!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement