Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Infrastructures

Les fausses fuites des petits réseaux d’eau

Publié le 02/04/2019 • Par Isabelle Verbaere • dans : A la une, actus experts technique, France

Village
Fotolia
Les fuites sur les petits réseaux d’eau sont-elles surévaluées ? La question est essentielle car c’est l’un des principaux arguments sur lequel s’est appuyé l’Etat, pour justifier le transfert de la compétence « eau et assainissement » des communes aux intercommunalités. Un maire a mené l’enquête et ses conclusions sont troublantes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Les volumes d’eau qui alimentent les fontaines ont-ils faussé les calculs des rendements des petits réseaux d’eau potable ? Jean Vogel (coopérateur Europe écologie les verts), maire de Saâles, (850 hab. Bas-Rhin), membre du comité directeur de l’Association nationale des élus de la montagne (Anem) en est persuadé !
Depuis des mois, il s’interroge sur le bien-fondé des raisons avancées pour rendre obligatoire le transfert de la compétence « eau et assainissement » des communes aux intercommunalité, une disposition de la loi NOTRe.

« J’ai mené un long travail d’investigation et repris chaque argument, explique-t-il. Ce que j’ai découvert m’a stupéfié. Concernant les fuites d’eau sur les petits réseaux, aucun document se basant sur des données exhaustives et une analyse rigoureuse ne permet d’étayer cette affirmation ».

En vertu de la loi NOTRe, depuis 2015, tous les services d’eau et d’assainissement doivent renseigner le Système d’information des services publics d’eau et d’assainissement (SISPEA). Différents indicateurs sont requis et en particulier le volume d’eau consommé et le volume d’eau potable d’eau introduit dans le réseau de distribution. Le rapport de ces deux chiffres donne le rendement du réseau.

L’observatoire des services publics d’eau et d’assainissement a publié le rapport des données collectées par le SISPEA en 2015, en septembre 2018. Jean Vogel pointe des biais dans

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les fausses fuites des petits réseaux d’eau

Votre e-mail ne sera pas publié

LINOSSIER JL

02/04/2019 03h56

Et si c’était le contraire.
Et si les fontaines publiques, le lavage des rues,d’autres consommations estimées mais non comptées voire comptées mais non facturées, servaient à masquer et cacher les vraies fuites des réseaux de distribution d’eau potable ? J’allais oublier les soi-disant vols d’eau.
Prendre les fontaines comme source de pertes d’eau potable, et tenter de nous le faire avaler, sans prendre en compte que la plupart ont été progressivement supprimées depuis les années 1850 à la suite des premières privations de la distribution d’eau potable par concession, n’est pas sérieux voire insultant.
Un exemple facile à vérifier.
Pendant longtemps, la communauté urbaine de Lyon attribuait 4.5 Mm3 d’eau potable au lavage des rues. Actuellement cette consommation a été ramenée à 0.5 Mm3. Les 4 Mm3 de différence servaient à masquer 4 Mm3 de fuites des réseaux. Résultat statistique : cette réattribution des volumes perdus a fait baisser le rendement alors que certains pensaient que cette pseudo recherche des fuites allait le faire augmenter.
Autant dire que cette info n’a pas alimenté les médias.

JL LINOSSIER ACER CACE LYON
04 78 83 47 73

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement