« Notre objectif est de basculer toute la dette sur l’obligataire »

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

interview

« Notre objectif est de basculer toute la dette sur l’obligataire »

Publié le 14/05/2019 • Par Clémence Villedieu • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Dossiers finances, France

Fotolia_78198708_XS
Beeboys Fotolia
Le directeur des finances de la communauté urbaine Caen la mer (50 communes, 265 500 hab.) et de la ville de Caen, Cédric Rouzée, explique pourquoi, fin 2018, l’agglomération a lancé un programme d’émission de titres de 400 millions d’euros.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

La dette, ça peut (aussi) être chouette

Vous avez fait le choix, à votre arrivée, de lancer une première émission obligataire. La complexité de la procédure ne vous a pas rebuté ?

J’avais déjà, dans mon poste précédent, sollicité le marché obligataire. La difficulté, même si en principe elle n’est pas obligatoire, est la notation financière. En même temps, elle permet de donner une véritable lisibilité internationale de la collectivité, les agences transmettant leurs communiqués à la presse internationale et à leur base de prêteurs. Les banques, de leur côté, restent présentes dans le processus d’émission, elles font un autre métier. Elles nous aident à mettre en place notre programme obligataire, c’est-à-dire qu’elles vont chercher les investisseurs sur le marché.

Pour les banques, les conditions de prêts étant particulièrement ...
Article réservé aux abonnés Gazette & Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article fait partie du Dossier

La dette, ça peut (aussi) être chouette

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Notre objectif est de basculer toute la dette sur l’obligataire »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement