Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • Faire confiance à l’entreprise générale et au marché de travaux unique

[Opinion] Commande publique

Faire confiance à l’entreprise générale et au marché de travaux unique

Publié le 01/04/2019 • Par Auteur associé • dans : Opinions

chantier
AdobeStock
On dit souvent qu’un marché public alloti coûte moins cher qu’un marché unique, pour un niveau de qualité identique, et qu’il favorise l’emploi local. Une affirmation qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. L’entreprise générale et le marché unique ont toute leur place dans le paysage de la commande publique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Max Roche

Max Roche

Président du Syndicat national des entreprises générales françaises de BTP (EGF.BTP)

Il est fréquent d’entendre ou de lire qu’un marché public alloti coûte forcément moins cher qu’un marché unique, pour un niveau de qualité identique, et qu’il favorise l’emploi local. La réalité n’est pas toujours telle qu’on l’imagine et cette affirmation ne résiste pas à l’épreuve des faits.

Le fiasco de l’opération de la Citadelle d’Amiens en est un exemple parlant. Ce marché divisé en 43 lots a été livré avec deux années de retard, 10 000 réserves à lever et un surcoût de 10 millions d’euros. Alain Gest, le président d’Amiens métropole, a lui-même reconnu au printemps 2018 (1), que le parti pris d’allotir, destiné à faire travailler les PME locales, s’était révélé « une très mauvaise idée. Certaines sociétés ont fait des propositions de prix irréalistes, d’autres ont montré de la mauvaise volonté. Ces défaillances ont décalé les interventions des prestataires suivants ».

Les atouts du marché unique

De tels dérapages auraient-ils eu lieu dans le cadre d’un marché unique assuré par une entreprise générale ? Je m’engage à répondre que non. Tout simplement parce que l’entreprise générale construit des ouvrages clés en main, dans un délai déterminé et pour un prix fixé contractuellement dont elle se porte garante. Responsable de la coordination de tous les corps d’état, elle est l’interlocutrice unique de la collectivité. En cas de défaillance de l’un de ses sous-traitants, elle a la responsabilité de le remplacer par ses propres moyens. Elle s’assure également du respect des règles de sécurité et de respect de l’environnement sur site.

En lots séparés, le maître d’ouvrage doit prendre en charge lui-même ces tâches et en assumer les conséquences financières et organisationnelles en cas de problèmes (allongement des délais, surcoûts, réclamations, etc.). Certes, il peut déléguer ces tâches à la maîtrise d’œuvre.

Mais il faut savoir que les études techniques préalables, la coordination des lots et la gestion des interfaces, dans le cadre d’une opération, sont un travail à part entière, complexe à assumer. En marché unique ou en lots séparés, de telles missions ont un coût. Les sous-estimer, a fortiori sur une réalisation complexe, c’est prendre des risques sur la bonne exécution du chantier.

Enjeux climatiques

Notre discours ne consiste pas à dire que tout doit être fait en marché unique, mais à réaffirmer que l’entreprise générale et le marché unique ont toute leur place dans le paysage de la commande publique. Tous deux s’avèrent pertinents pour les opérations complexes ou celles dont le délai doit être absolument tenu. Ils ne coûtent pas plus cher lorsque l’on raisonne en coût et en performance globaux et si l’on prend la peine de regarder le coût final.

En 2019, les collectivités sont confrontées à de nombreux défis : concevoir et réaliser des opérations respectueuses de l’environnement, répondre aux enjeux climatiques et aux attentes fortes de leurs usagers et concitoyens. Leurs contraintes sont de plus en plus importantes, notamment en matière de normes de construction et de réglementation thermique, avec un nombre de risques croissant : défaillances d’entreprises, respect des règles de santé et de sécurité sur les chantiers, lutte contre la main-d’œuvre détachée illégale, protection de l’environnement.

Recourir à l’entreprise générale permet aux collectivités de disposer d’un interlocuteur unique, ayant des ressources humaines, techniques et financières nécessaires pour assumer la responsabilité du chantier et le mener à bien dans le respect des délais et du budget.

Notes

Note 01 Lire « Amiens, la Citadelle (enfin) livrée », « Le Moniteur » du 4 mai 2018, p. 33. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Faire confiance à l’entreprise générale et au marché de travaux unique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement