Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

Quelles sont les solutions d’hébergement d’urgence pour les sortants de prison ?

Publié le 22/03/2019 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la cohésion des territoires : Conformément aux dispositions de la loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR), les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) peuvent passer convention avec les services intégrés d’accueil et d’orientation (SIAO), et leur adresser les demandes d’hébergement ou de logement adapté.

Une circulaire interministérielle en date du 13 mai 2016 a précisé les modalités d’application de cette disposition de la loi ALUR (et pour laquelle aucun régime dérogatoire n’avait été mis en place). Cette circulaire a pour objectif d’améliorer la coordination entre les SIAO et les SPIP, pour l’hébergement et l’accès au logement des personnes sortant de détention ou faisant l’objet d’un placement à l’extérieur. L’enjeu est bien la continuité de la prise en charge, la réinsertion sociale effective et par là-même, la prévention des récidives. Cet accès des sortants de détention à l’hébergement et au logement constitue ainsi l’un des facteurs déterminants pour assurer une réinsertion sociale effective. Cette circulaire du 13 mai 2016 précise ainsi les modalités d’identification des besoins. Le SPIP organise la réalisation des évaluations sociales, qui pourront être effectuées avec l’appui d’un tiers ou du SIAO selon les modalités définies conjointement sur chaque territoire.

Elle précise également les modalités de coordination entre les services en vue de favoriser l’échange d’information au bénéfice de la personne. Cette coordination pourra être facilitée par la désignation d’un référent au sein de chaque service. Enfin, le préfet de département doit s’assurer de la prise en compte des besoins des personnes sortant de détention en termes d’accès à l’hébergement et au logement notamment dans le cadre de la réalisation des diagnostics territoriaux partagés.

Cependant, concernant les personnes concernées par une mesure de placement à l’extérieur, les relations partenariales directes entre les SPIP et les structures d’hébergement sont maintenues. Ce n’est qu’en l’absence de structures identifiées, que le SPIP pourra solliciter le SIAO pour sa connaissance de l’offre. Ainsi, le nombre de places réservées aux sortants de prison n’est nullement impacté par la publication de cette circulaire, dont l’objet est d’organiser les échanges entre les SPIP et les SIAO, et d’anticiper les sorties de détention pour éviter toute sortie sèche sans solution, sans que soient remises en cause les solutions préexistantes. Des absences de prises en charge qui auraient pu être constatées sur la région francilienne ne sauraient donc être imputées à la publication de cette circulaire, mais à la situation particulière de tension constatée sur les dispositifs d’hébergement de ce territoire.

C’est notamment pour répondre à ces tensions que le plan quinquennal pour le logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme (2018-2022), annoncé par le président de la République le 11 septembre 2017 à Toulouse, propose une réforme structurelle de l’accès au logement pour les personnes sans domicile stable. Il vise à les réorienter rapidement et durablement, depuis la rue ou l’hébergement, vers le logement en proposant un accompagnement adapté, modulable et pluridisciplinaire. Il vise également à recentrer l’hébergement d’urgence sur ses missions de réponse immédiate et inconditionnelle aux situations de détresse.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles sont les solutions d’hébergement d’urgence pour les sortants de prison ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement