logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/613965/la-mobilite-geographique-des-agents-territoriaux-decryptee/

FONCTION PUBLIQUE
La mobilité géographique des agents territoriaux décryptée
Claire Boulland | A la une emploi | A la Une RH | Actu Emploi | Documents utiles | France | Toute l'actu RH | Publié le 22/03/2019 | Mis à jour le 25/03/2019

La Direction générale de l'administration de la fonction publique (DGAFP) vient de publier un "Point stat" sur la "Mobilité géographique des fonctionnaires civils". Constat : en 2016, ils étaient 2,9 %, soit 108 000 agents, à être mobiles géographiquement. Dans la territoriale, le taux de mobilité des catégories A est plus de quatre fois supérieur à celui des catégories C (2% contre 0,5 %).

portes

La mobilité géographique concerne plutôt des agents jeunes, des cadres A et des hommes. C’est l’un des enseignements du « Point stat » que la Direction générale de l’administration publique vient de publier sur la« Mobilité géographique des fonctionnaires civils » [1].

La relative faiblesse de la mobilité géographique dans la fonction publique territoriale (FPT) par rapport aux autres versants « constitue un phénomène permanent qui trouve son fondement, jusqu’aux années 1980, dans l’appartenance locale, critère de priorité au recrutement dans les collectivités », pointe le document.

« Depuis, le rapprochement juridique entre la fonction publique d’État et la FPT (unification du statut), la transformation du paysage institutionnel (décentralisation, fusion de collectivités ) et la pression exercée par la maîtrise des finances publiques ont encouragé la circulation des agents entre employeurs publics locaux », est-il également rappelé.

Faible mobilité dans la FPT

C’est dans la FPT que le taux de mobilité est le plus faible et stable (entre 0,7 et 0,9 %).

Mobilité géographique par versant dans la fonction publique. Source : DGFAP

Mobilité géographique par versant dans la fonction publique

Près de huit agents mobiles sur dix concernés par une restructuration dans le versant territorial, en 2016, sont issus des établissements intercommunaux. Hors restructurations, le taux de mobilité dans ces établissements est presque stable sur la période 2013-2016. La DGAFP relève que « les échanges par type d’employeur dans la FPT sont fréquents entre les communes et établissements inter-communaux, favorisés notamment par des transferts de compétences ».

Les catégories A plus mobiles

Dans la FPT, le taux de mobilité des catégories A est plus de quatre fois supérieur à celui des catégories C (2% contre 0,5 %).

La mobilité géographique selon les caractéristiques des agents fonctionnaires en 2016, hors restructurations. Source : DGAFP

La mobilité géographique selon les caractéristiques des agents fonctionnaires en 2016, hors restructurations

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN