Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Tourisme

Airbnb, un briseur de ville ?

Publié le 18/03/2019 • Par David Picot • dans : France

3dman_eu
3dman_eu - Pixabay - CC by SA 2.0
Impact social, économique, urbanistique, touristique… Les relations entre les villes et AirBnB étaient au menu d’un colloque organisé ce 14 mars, à Nantes, par des étudiants en architecture. Entre volonté affichée de régulation, de contrôle. Et impuissance…

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

« Amphithéâtre (peu) cosy au style très épuré et à la décoration spartiate accueille colloque organisé par l’Association nantaise l’Aménagement et d’Urbanisme (ANAU). Welcome Home ». Cette année, à l’occasion de leur 14e colloque, les étudiants en Master 2 Villes et Territoire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Nantes se sont penchés sur les rapports compliqués sinon schizophréniques, entre les villes et le mastodonte californien AirBnB. Une société « valorisée à 30 milliards d’euros qui comporte deux visages selon Sylvain Grisot, urbaniste consultant en transformation de la ville : un premier « qui intensifie les usages existants à savoir optimiser l’usage d’un logement ». Et un second qui entraîne « une évaporation des logements du marché locatif traditionnel ». Et pas seulement dans les grandes métropoles. A Albi (Tarn), le géographe Mathieu Vidal (Institut national Jean-François Champollion) les évalue « à une trentaine, dans quelques rues autour de la cathédrale ».

Moins d’habitants, plus de touristes

A l’occasion d’une table-ronde baptisée AirBnb, briseur de ville ?, l’élu Bordelais Matthieu Rouveyre a rappelé que « la dernière rentrée universitaire avait été un calvaire pour les étudiants. Dans certains quartiers, les touristes ont remplacé les habitants. On observe aussi un impact sur les commerces de proximité… »

Pas question pour autant de mettre tout sur le dos de l’entreprise américaine. « A la base quand même, c’est l’appât du gain qui motive les loueurs », poursuit celui qui est également fondateur de l’Observatoire Airbnb.

« Certains, en proposant leur logement 10 nuits sur la plate-forme, gagnent plus qu’en un mois de location traditionnelle. Et pour les touristes, c’est la démocratisation des vacances. Il faut aussi s’interroger sur ce plan ».

Les collectivités ne se posent donc pas en victimes expiatoires du système. Jacques Galhardo, géographe à l’Université François Rabelais de Tours souligne que « Lisbonne utilise le levier Airbnb pour faire la promotion de la ville ». Et comme le reconnaît Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole, « quand nous misons sur le tourisme comme nous le faisons, à Nantes, il faut aussi en assumer les conséquences ».
Dans la Cité des Ducs, 3 000 logements figurent sur la plate-forme, soit 2% de l’offre. Taxe de séjour, mesures de compensation, travail avec le secteur hôtelier… « Nous commençons tout juste à traiter le problème. L’enjeu est surtout de se battre contre les sociétés immobilières qui proposent des meublés ».

Montrer les muscles

Pas simple dans une ville où seules 8% des annonces comportent  un numéro d’enregistrement unique de l’hôte, selon Matthieu Rouveyre (23% à Bordeaux). Les autres sont hors-la-loi ». Mais qui s’en soucie ? Et comment vérifier ?

Bordeaux a dépêché une brigade de trois personnes qui fait du porte-à-porte. A Nantes, deux agents vont être affectés à cette mission de contrôle. « Ce serait quand même simple sur le plan technique de conditionner le dépôt d’une annonce à la détention de ce numéro… Le rapport de force est compliqué, mais nous devons l’utiliser. Il faut montrer les muscles », conclut l’élu girondin. Lequel a toutefois constaté que l’offre de logements entiers avait baissé de 12% entre décembre 2017 et décembre 2018, dans sa ville. Les premiers effets de la régulation ?

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Airbnb, un briseur de ville ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Colibri

20/03/2019 07h47

Fléau qui a des conséquences désastreuses sur l’ offre locale établie , conforme et qui paye ses impôts. Il faut bien faire comprendre aux Français tout d’ abord que ce sont des revenus qui ne tombent ni dans les escarcelles de la région ni dans celle de l’ état. Donc ensuite les Français sont dans la rue pour dénoncer l’ évasion fiscale, prévue par l’ article 63 du traité européen, Selon cette loi lutter contre l’ évasion et l’ optimisation fiscale est contraire aux réglementations européennes, puisque cela revient à dire que nous nous opposons à la libre circulation des capitaux, comme le prévoit ce fameux article 63.C’ est donc bien de ce traité dont il faut se débarrasser, nous n’ aurons plus ã nous poser de questions et pourrons défendre nos intérêts légalement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement