Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Big is beautiful

Grand débat, morne plaine

Publié le 15/03/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

morne-plaine
AdobeStock
A l’heure de conclure le grand débat, le chef de l’Etat n'entend pas revenir sur la course au gigantisme lancée à la fin des années 2000 (Intercommunalité XXL, métropoles, super régions). Pas plus qu'il ne compte desserrer les cordons de la bourse.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le diagnostic est implacable. « L’intercommunalité forcée, les réorganisations pendant des années et la régionalisation accélérée ont donné le sentiment qu’on s’éloignait », martèle Emmanuel Macron au fil de son tour de France des assemblées régionales de maires.

Mais à l’heure de conclure le grand débat, le chef de l’Etat se garde de s’attaquer au dogme du « big is beautiful ». Dans nos colonnes, la semaine passée, la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, ferme même la porte à des dissolutions des établissements publics de coopération intercommunale XXL. Le gouvernement souhaite simplement que « chaque commune se sente pleinement partie prenante du projet intercommunal ».

Tout était écrit

Les maires de village, qui, tout au long de leurs rencontres avec Emmanuel Macron, ont plaidé pour faire machine arrière, en sont pour leurs frais. Le Président n’entend pas revenir sur la course au gigantisme lancée par l’UMP à la fin des années 2000 et poursuivie sous la mandature « Hollande ».

Fusion des régions, dévitalisation des départements, avènement des métropoles, regroupement des intercos ainsi que des communes : tout était dans les conclusions de la commission « Balladur » voici dix ans.

Transfert d’impopularité

Le Président n’entend pas non plus desserrer les cordons de la bourse. Le pilotage centralisé des finances locales, initié, là encore, sous Nicolas Sarkozy et confirmé par François Hollande, ira jusqu’à son terme.

Le dessein « girondin » d’Emmanuel Macron pourrait se résumer à la reconnaissance du droit à la différenciation des territoires. Une réforme qui présente l’immense vertu, aux yeux de Bercy et de l’Elysée, d’être neutre pour les deniers publics.

A part ça, rien, pour l’heure, ne se profile à l’horizon. Si ce n’est, à en croire « Le Canard enchaîné », une opération de délestage : l’octroi de la taxe carbone aux régions. Un transfert d’impopularité, loin du pacte de confiance avec les collectivités, annoncé depuis des mois par l’exécutif.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grand débat, morne plaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement