Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gouvernance

Agence nationale du sport : l’Etat manque de fair-play

Publié le 20/03/2019 • Par David Picot • dans : France

sport-rugby
Olivier Bouissou / Icon Sport
L'agence nationale du sport doit voir le jour le 2 avril. La promesse: une gouvernance partagée entre Etat, collectivités, mouvement sportif et acteurs économiques et sociaux. La réalité ? Des enjeux de pouvoir. Déjà !

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Etat, collectivités, mouvement sportif, acteurs économiques et sociaux… la dernière ligne droite avant l’arrivée est amorcée pour l’ensemble des acteurs de la future agence nationale du sport. Déjà repoussée d’un mois, la création de ce groupement d’intérêt public (GIP) est prévue le 2 avril. Mais, en coulisses, les discussions sur ses statuts constitutifs se poursuivaient encore il y a une poignée de jours.

Au cœur des débats : le poids de chaque collège représenté au sein de l’agence, tête de pont du nouveau modèle sportif français, à « gouvernance partagée » et à « responsabilités réparties ». L’idée maîtresse est en effet de s’affranchir de la tutelle de l’Etat à l’œuvre depuis les années 1960. Et d’entrer dans une démarche de coconception des politiques sportives, grâce à laquelle les collectivités seraient également reconnues à hauteur de leur investissement dans le domaine : 12,1 milliards d’euros par an. Raison pour laquelle les droits de vote étaient initialement envisagés de façon équitable (30 %) entre l’Etat, les collectivités et le mouvement sportif. Les 10 % restants revenant aux représentants du secteur marchand.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Agence nationale du sport : l’Etat manque de fair-play

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement