Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

RENCONTRES NATIONALES DE LA PARTICIPATION

A Grenoble, le Grand débat national au cœur des discussions

Publié le 12/03/2019 • Par Brigitte Menguy • dans : France

debat-Julien Eichinger - AdobeStockv_ UNE
Julien Eichinger via Adobe Stock
Chercheurs et praticiens de la démocratie participative se sont donné rendez-vous durant 3 jours au Palais des Congrès de Grenoble pour les 4èmes rencontres nationales de la participation organisées par le think tank « Décider ensemble ». Et si la méthodologie de la concertation citoyenne se voulait au cœur du programme de ces journées dédiées aux outils participatifs, actualité oblige, c’est le Grand débat national qui suscite l’intérêt des participants.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A quatre jours de la fin de la première phase du Grand débat national, rien d’étonnant à ce que la concertation gouvernementale soit sur toutes les lèvres des participants aux 3èmes rencontres nationales de la participation, organisées par Décider ensemble, les 11, 12 et 13 mars à Grenoble.

« La participation n’a jamais été autant sous le feu des projecteurs » a lancé Bertrand Plancher, président de Décider ensemble et député de la Meuse en ouverture de ces journées dédiées à la concertation citoyenne.

L’heure des questionnements

Pour autant, pas de tapis rouge à Grenoble pour le Grand débat national, qui suscite de nombreuses interrogations de la part des chercheurs et praticiens de la démocratie participative. Lors d’un atelier, ni plus ni moins intitulé « Faut-il croire au Grand débat national ? », David Prothais, chercheur et administrateur de l’Institut de la concertation et de la participation citoyenne (ICPC) faisait part des différentes interrogations que partagent les membres de son association tant sur le choix des dispositifs utilisés par le Gouvernement pour recueillir la parole citoyenne, que sur leur déploiement et leur fonctionnement. « On est face à une boîte noire » lance le chercheur qui regrette le manque de visibilité dans la démarche gouvernementale.

Un avis que ne partage pas Gaëtane Richard-Nihoul, responsable du Pôle des conférences régionales citoyennes de la Mission gouvernementale du Grand débat. Selon cette dernière, « il n’y a pas de boîte de noire, puisque tout est transparent : tout le monde peut accéder aux contributions citoyennes récoltées ». Mais l’argument peine encore à convaincre, alors que se termine dans quelques jours la récolte des contributions citoyennes et que le temps de leur analyse va commencer. « La disponibilité des données est une chose, la visibilité de l’intelligence artificielle utilisée pour analyser ces données en est une autre » juge David Prothais.

Alternatives citoyennes

Des questionnements qui ont poussé de nombreux acteurs de la société civile à créer un Observatoire des débats. « Cet observatoire est coordonné à la fois par l’ICPC, le GIS Démocratie et Participation et le centre de recherches politiques de Sciences Po, le Cevipof » explique Jean-Michel Fourniau, président du GIS et désormais de l’Observatoire des débats. Son but : collecter des données sur l’organisation des réunions publiques organisées dans le cadre du Grand débat. « Grâce à nos trois structures, nous avons la chance d’avoir pu mobiliser près de 200 volontaires qui sont allés observer 235 réunions publiques » explique son président.

Et les réunions publiques estampillées « Grand débat national » n’ont rien à envier aux réunions publiques traditionnellement organisées par les collectivités : majoritairement à l’initiative des élus (maires et députés), elles ont massivement mobilisé des personnes âgées, non issues des minorités visibles et pour deux tiers de sexe masculin. « Ce qui démontre qu’encore une fois, la France a une approche verticale de la démocratie participative » analyse Jean-Michel Fourniau qui pointe également l’absence de mobilisation citoyenne dans les quartiers prioritaires de la ville, tout en espérant que celle-ci sera compensée par leur potentielle participation à la plateforme numérique.

Pour le savoir, une autre initiative citoyenne a vu le jour avec « la grande annotation » qui propose aux internautes une annotation collaborative citoyenne des contributions récoltées sur la plateforme numérique du Grand débat. « Nous espérons y voir éclore un grand fact-checking citoyen » s’enthousiasme David Prothais.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Grenoble, le Grand débat national au cœur des discussions

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement