Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

PROTECTION DE L’ENFANCE

20 ans après, le 119-Allô enfance en danger joue plus que jamais son rôle

Publié le 01/04/2011 • Par Michèle Foin • dans : France

Le 29 mars 2011, le Groupement d’intérêt public pour l’enfance en danger, composé du 119, Service national d’accueil téléphonique pour l’enfance en danger (SNATED) et de l’Observatoire national pour l’enfance en danger (ONED), organisait un colloque pour célébrer les 20 ans du 119. L’occasion de rappeler le rôle clé que joue ce service dans le dépistage des enfants en danger ou en risque de l’être.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Né de la loi du 10 juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements à l’égard des mineurs et à la protection de l’enfance, ce service téléphonique a reçu ses premiers appels le 10 janvier 1990.

De 115 000 appels décrochés en 1990, il est passé à 490 000 en 2009.

En 20 ans, plus de 200 000 enfants ont fait l’objet d’une demande d’évaluation auprès des départements, suite à un appel au 119.

Clarification des rôles
« Depuis la création de ce service téléphonique, le paysage de la protection de l’enfance a totalement évolué, analyse Didier Lesueur, directeur général adjoint de l’Observatoire national de l’action sociale décentralisée (ODAS). En 1990, une grande diversité régnait dans l’organisation de la prise en charge. Chaque département avait développé ses propres circuits, connus surtout des professionnels, mais peu du grand public. Depuis, il y a eu clarification des rôles, et une meilleure organisation des circuits de signalements. La création du SNATED a contribué à cette amélioration. »

En 2009, ce sont 9 235 informations préoccupantes qui ont été transmises aux départements. Plus de 80% des situations d’enfants en danger ou en risque de l’être ont été confirmées.
Et dans 60% des cas, ces situations n’étaient pas connues des services sociaux.

« C’est la confirmation que ce service permet de resserrer les mailles d’un filet en définitive assez larges », se réjouit Didier Lesueur.

Quant au 40% d’alertes concernant des situations déjà connues des services départementaux, Didier Lesueur rappelle qu’elles doivent elles aussi être prises comme des clignotants.
« Face aux informations qui circulent, le risque est toujours celui de la banalisation. Le SNATED peut aussi avoir ce rôle : celui de changer le regard sur une situation, qui permette peut-être de mieux distinguer l’essentiel du périphérique. »

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

20 ans après, le 119-Allô enfance en danger joue plus que jamais son rôle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement