logo
DOSSIER : Le vrai coût des services publics : un défi d'efficience
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/610573/comment-les-communes-flechent-leurs-depenses/

DATAVISUALISATION
Comment les communes flèchent leurs dépenses
Cédric Néau, Emilie Buono | A la une | A la Une finances | Actu experts finances | actus experts technique | Décryptages finances | Données interactives finances | Dossiers finances | France | Publié le 08/03/2019 | Mis à jour le 15/03/2019

La Direction générale des collectivités locales (DGCL) a mis en ligne les données financières 2017 des communes. Pour la première fois, elle fait une présentation de ces comptes par fonction, donnant ainsi une première idée des coûts des services publics par habitant et de leur poids dans les budgets communaux, selon les strates des collectivités. Une analyse qui bat en brèche quelques idées reçues.

CaptureDataLa voirie, c’est le gros caillou dans la chaussure budgétaire des petites villes, et l’action sociale, sa peau de chagrin. La ventilation inédite par fonction des dépenses 2017 des collectivités de plus de 3 500 habitants [1], réalisée pour la première fois par la Direction générale des collectivités locales (DGCL), montre, après analyses et croisements de données réalisés par le Club Finances de la Gazette des communes, des réalités bien différentes selon les strates de collectivités et met aussi à mal quelques idées reçues.

Un budget plein d’ornières

Selon la compilation statistique mise en ligne cette semaine sur le site de la DGCL, la fonction « voirie et routes » est le troisième plus gros poste budgétaire des communes de 3 500 à 20 000 habitants, derrière, sans surprise, l’enseignement du premier degré et surtout les charges d’administration générale (voir encadré [2]).

Ainsi, pour les communes de 10 000 à 20 000 habitants, 80 euros par habitant sont fléchés vers la voirie, 118 euros vers l’enseignement du 1er degré et 379 euros vers l’administration générale.

Sur cette même strate, les dépenses liées à la voirie (1) [3] représentent 6,3 % des dépenses totales. C’est à priori maîtrisable. Mais ce poste avale en revanche, toujours sur cette même strate, 19,6 % des dépenses d’investissement quand l’administration générale n’en consomme que 15,8 % !

On retrouve ces proportions sur toutes les strates, excepté pour les villes de plus de 100 000 habitants qui ne consacrent que 7,7 % de leurs investissements à leurs routes, pouvant privilégier ainsi d’autres postes comme l’enseignement, les services urbains, le logement ou la conservation du patrimoine.

En d’autres termes, l’entretien de la voirie limite largement les capacités d’investissement des petites villes dans d’autres secteurs.

Cherchez la culture

Sur l’autel du sacrifice, l’action sociale et la culture sont

POUR ALLER PLUS LOIN