Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité locale

« Les départements sont déjà des acteurs de la prévention de la délinquance »

Publié le 06/03/2019 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

_69A9582
Antoine Mercusot
A travers la sécurisation des collèges, la lutte contre les violences faites aux femmes ou la prévention de la radicalisation, de plus en plus de départements investissent le champ de la prévention de la délinquance. C’est le cas du conseil départemental de l’Essonne, qui organise le 14 mars une rencontre dédiée. Son président, François Durovray, s’en explique à la Gazette.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

La politique de prévention de la délinquance n’est pas l’apanage des seules communes et intercommunalités. Un nombre croissant de départements prennent leur part et font des émules. C’est ce que François Durovray, président du conseil départemental de l’Essonne, veut montrer à l’occasion d’une rencontre organisée le 14 mars à Evry, et ouverte aux élus et aux professionnels.

Vous organisez le 14 mars une rencontre sur la place des départements dans la politique de prévention de la délinquance. A quel besoin répond cet événement ?

Les départements sont déjà des acteurs de la prévention de la délinquance et de la sécurité, au travers de leurs compétences. Qu’il s’agisse de la sécurité des collèges, de la lutte contre les violences faites aux femmes ou encore de la lutte contre la radicalisation, les thèmes sont nombreux que les départements ne peuvent ignorer, et sur lesquels ils sont d’ores et déjà engagés.

Dans ce contexte, notre rencontre du 14 mars vise à mettre en lumière la place des départements et d’envisager comment aller plus loin dans nos coopérations avec le bloc communal et les services de l’Etat.

Qu’il s’agisse des allocations individuelles de solidarités ou des mineurs non accompagnés, les départements sont déjà sous pression. Est-ce un échelon légitime ?

Le département est un échelon pertinent tant par son rôle de fédérateur territorial qu’au travers de sa présence de proximité qui lui permet de bien connaitre les réalités et les spécificités de son territoire et de proposer des initiatives adaptées. Le rapport Thourot/Fauvergue sur le continuum de sécurité évoque par exemple des schémas départementaux de vidéoprotection correspondant à des bassins de vie et s’adaptant aux réalités de la délinquance, cela démontre bien la pertinence de l’échelon départemental.

Autre sujet important : la sécurité routière sur les routes départementales. Aujourd’hui, la reconnaissance de l’action et les pouvoirs de police des départements en matière de sécurité routière sont très limités alors même que leur rôle est légitime.

Je veux également évoquer la prévention spécialisée mise en place dans de nombreux départements qui est aussi un vecteur de légitimité au travers d’une action de prévention de proximité au plus proche des jeunes en difficulté.

Quels sont les moyens engagés par votre conseil départemental pour investir ce champ de la prévention ?

Tout d’abord, notre assemblée a adopté en novembre dernier un schéma directeur de la sécurité et de la prévention de la délinquance 2018-2021. A titre d’illustration, il est doté d’un budget de 15 millions d’euros d’investissement pour renforcer la sécurisation des sites départementaux dont nos 100 collèges. Ce schéma traduit aussi notre ambition de développer les actions de prévention de la délinquance avec par exemple la création d’un fonds départemental doté en 2019 de 150 000 €.

En outre, nous avons créé une direction de la sécurité et de la prévention au sein du secrétariat général pour impulser et piloter la mise en œuvre du schéma en interne et en partenariat avec les autres collectivités et les services de l’Etat. Cela permet la présence d’une équipe de professionnels au sein des conseils locaux ou intercommunaux de prévention de la délinquance et de la radicalisation aux côtés et en appui du bloc communal.

Une stratégie nationale de prévention de la délinquance doit être présentée dans le courant de l’année. Qu’en attendez-vous ?

Comme tous les acteurs concernés par la prévention de la délinquance, j’attends de la stratégie nationale qu’elle affirme les priorités de l’Etat, renforce les partenariats locaux et confirme les moyens de l’Etat engagés. Car c’est aussi le désengagement de l’Etat concernant les moyens dédiés à la prévention de la délinquance qui contraint les départements à investir ce champ essentiel à la cohésion territoriale.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Les départements sont déjà des acteurs de la prévention de la délinquance »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement