Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2011

L’agglomération périgourdine va verser 2,3 millions d’euros au FNGIR

Publié le 30/03/2011 • Par Christiane Wanaverbecq • dans : Actualité Club finances, Régions

L’agglomération périgourdine a adopté un budget primitif équilibré marqué par l’incertitude de la réforme de la TP.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Hormis le budget assainissement contesté par la commune de Marsac-sur-l’Isle, les élus de la communauté d’agglomération périgourdine (CAP ; 13 communes ; 70 000 hab.) ont voté le 25 mars 2011 un budget primitif établi à 53,4 millions d’euros (contre 50,76 millions d’euros en 2010).

Dans le contexte de la suppression de la TP et de l’extension à venir de son périmètre, la collectivité, qui gère en régie les déchets ménagers et deux piscines, maintient “un équilibre financier”. Elle souligne également “l’effet volume assez important” généré par le remplacement de la TP par les six taxes économiques.

Faisant partie des “gagnants”, la collectivité versera au fonds national de garantie individuelle des ressources (FNGIR) près de 2,3 millions d’euros. Corrigées de l’excédent dû à la réforme de la TP, ses recettes augmentent de près de 1%. Grâce à des résultats satisfaisants en 2010, elle peut inscrire plus de 5 millions d’euros de reports. Il lui pemettent de tabler sur un autofinancement de 5,5 millions d’euros.

Tous budgets confondus, la CAP a inscrit 54,17 millions d’euros de ressources.
Outre les compensations qui devraient être proches de 6 millions d’euros en 2011, la CAP prévoit de percevoir 9 millions d’euros d’impôts économiques.

6,52 millions d’euros de taxe d’habitation

En termes d’impôts ménages, elle compte sur 6,52 millions d’euros de taxe d’habitation avec un taux de 6,7% et 0,29 million d’euros de part non foncière.

Le produit de la TEOM, dont le taux reste stable à 10,20%, augmente de 2,6% (6,623 millions d’euros).

Au niveau des dotations, dont le montant total s’élève à 4,07 millions d’euros, la CAP prévoit une baisse de 2% du produit de la DGF (2,6 millions d’euros).

Par ailleurs, engagée dans la réalisation d’un transport en site propre, la collectivité a décidé de relever de 11,8% le versement transport (4,3 millions d’euros d’inscrits). Cela lui permet de financer les travaux nécessaires à la mise en place du futur plan des déplacements urbains et de baisser sa participation ainsi que celle de la commune de Boulazac de 30% (soit une participation d’environ 0,77 million d’euros).

En termes de dépenses de fonctionnement, la collectivité a inscrit 36,89 millions d’euros.
Dans le budget principal, 39% de ces dépenses concerne l’attribution de compensation aux communes (10,31 millions d’euros). Corrigées du FNGIR, les charges sont en baisse globalement de 2,4%. La diminution de la participation au réseau de transport urbain Péribus (soit -21%) explique, notamment, cette tendance. Cependant, les charges d’administration générale, établies à 3,052 millions d’euros, augmentent de 2,7%.

Après un ralentissement l’an dernier (-8%), la CAP augmente ses investissements en inscrivant 16,51 millions d’euros de dépenses. Elles progressent de plus de 20% pour engager, notamment, la construction de la piscine couverte Bertran de Born, les études pour des voies en site propre, et créer de nouvelles zones d’activités. Le recours à l’emprunt à hauteur de 2,7 millions d’euros lui permet d’équilibrer le budget.

Au premier janvier 2011, l’endettement se situe à 280 euros/habitant.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Déserts médicaux, comment s'en sortir ?

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’agglomération périgourdine va verser 2,3 millions d’euros au FNGIR

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement