Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Statistiques

Les « usagers captifs » se sentent davantage en insécurité dans les transports

Publié le 28/02/2019 • Par Mathilde Elie • dans : Actu experts prévention sécurité, France, Veille documentaire prévention-sécurité

bus
PR180.2 / Wikimedia Commons
Dans sa dernière étude parue le 28 février 2019, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) s’intéresse à ces usagers qui n’ont pas d’autre mode de déplacement à leur disposition.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Ils n’ont pas de permis de conduire, ne possèdent pas de voiture, n’ont pas d’autre choix que de se déplacer en transport en commun… Ces usagers captifs représentent 10% des usagers des transports en commun. Totalement dépendants, ils sont davantage exposés aux risques, réels ou perçus, durant leurs trajets. C’est le résultat de l’étude publiée par l’ONDRP, jeudi 28 février, réalisée à partir des enquêtes Cadre de vie et sécurité (CVS) menées en 2009 et 2013 et intitulée « Sécurité dans les transports en commun : le cas des usagers captifs ».

Principal enseignement de cette étude, mise en ligne par la Gazette : ces usagers captifs sont relativement plus nombreux à se sentir rarement en sécurité dans ce contexte par rapport aux usagers qui utilisent volontairement les transports en commun ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les « usagers captifs » se sentent davantage en insécurité dans les transports

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement