Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Bordeaux se regarde moins le nombril

Publié le 06/03/2019 • Par Hélène Lerivrain • dans : Régions

Bordeaux
Adobestock
La métropole de Bordeaux, cible de la mobilisation des « gilets jaunes » pour ses richesses, est accusée de ne pas assez « ruisseler ». Qu’en est-il réellement ?

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Bordeaux se rêvait millionnaire. Sous Jacques Chaban-Delmas déjà, en 1965, mais aussi plus récemment. Devenir millionnaire en habitants à l’horizon 2030 était l’ambition partagée par Alain Juppé et Vincent Feltesse pour la communauté urbaine de Bordeaux. Une image de mastodonte qui lui colle à la peau. La métropole (28 communes, 783 100 hab.) est la cible de la mobilisation des « gilets jaunes ». Pas tout à fait étonnant, selon Marc Sahraoui, de l’association Cœur de bastide : « La richesse de Bordeaux métropole ne ruisselle pas à plus de 20 kilomètres, elle s’arrête à Libourne ! […] Située à 70 kilomètres de Bordeaux, Sainte-Foy-la-Grande [2 500 hab.] est un territoire de relégation où les emplois disparaissent, les jeunes diplômés partent. » (1)

Prise de conscience

« Je parlerais davantage de débordement positif et négatif que de ruissellement, jauge Célia Monseigne, maire (PS) de Saint-André-de-Cubzac [11 100 hab.]. Les personnes qui arrivent sont à 70 % des métropolitains venant acheter un bien immobilier qu’ils ne pourraient pas s’offrir à Bordeaux. » « Nous ne nions pas la fracture territoriale, répond Mylène Villanove, conseillère municipale chargée des relations institutionnelles avec les territoires. Mais arrêtons cette stigmatisation. La métropole rayonne plus qu’elle n’assèche. »

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bordeaux se regarde moins le nombril

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement