Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand débat national

Emmanuel Macron face aux maires du Grand Est : les désaccords persistent

Publié le 27/02/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

D0U8y7LX0AAWke6
D.R.
Huitième rendez-vous du président de la République avec les maires, la réception des élus du Grand Est à l'Elysée, le 26 février, a essentiellement tourné autour des "irritants de la loi Notre" et des questions financières.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Ayant déjà traversé la région Grand Est cet automne pour son « itinérance mémorielle »,  Emmanuel Macron a préféré convier 150 élus de la région pour un déjeuner à l’Elysée.  C’est le maire de Troyes, et par ailleurs président de l’Association des maires de France, François Baroin, qui a ouvert le bal des questions. L’échange a été moins tendu qu’avec le vice-président de l’AMF, André Laignel, dix jours plus tôt, à Gargilesse-Dampierre. François Baroin, réclamant la constitutionnalisation de la commune, a soulevé la contradiction entre le principe de libre autonomie des collectivités territoriales, et l’autonomie financière de plus en plus réduite des communes.

Le ton était donné, il a été essentiellement question, pendant ces cinq heures de déjeuner, de la place de la commune, de ses difficultés financières et relationnelles avec l’Etat central. Denis Mailier, président de l’Association des maires ruraux de l’Aube, a insisté sur le fait que « les territoires ruraux se sentent abandonnés. La loi Notre a déstabilisé nos territoires, seriez-vous prêts à rouvrir la discussion sur cette loi? « . Pour Michel Fournier, le président de l’Association des maires ruraux des Vosges, « il faut réfléchir à  une nouvelle identité pour la commune, le tout numérique ne doit pas remplacer l’identité communale ».

Rouvrir le dossier de la loi Notre

« La loi Notre a créé une dynamique, mais elle a forcé l’intercommunalité, avec des conséquences financières qu’on n’avait pas vu venir. J’entends que des choses ne fonctionnent pas, c’est pourquoi j’ai donné mandat aux ministres de rouvrir les dossiers de la loi Notre. L’intercommunalité quand elle est choisie est efficace, car elle est bien vécue, quand on force à des regroupements trop larges, cela crée plutôt des surcoûts. Il faut redonner de la liberté, au plus près du terrain ».

Les relations conflictuelles avec l’Etat sont également revenues à maintes reprises. Jean Rottner, président du conseil régional Grand Est, a insisté sur le fait que « le gouvernement et l’administration doivent faire preuve d’agilité, et de rapidité. Nous refusons les contraintes qui, appliquées de manière automatique, portent atteinte à nos libertés. Il faut nous lâcher les baskets ».

Et la maire de Nogent, Anne-Marie  Nedelec, de renchérir : « nous ne sommes pas opposés à la dématérialisation : la Haute-Marne a investi 70 millions d’euros dans un plan numérique. Mais elle ne doit pas être synonyme de toujours plus de concentration, et d’éloignement, et de décisions de fermetures brutales ».

« Sur la décentralisation, on ne peut pas faire l’économie d’une nouvelle réflexion, a répondu Emmanuel Macron. Nous avons besoin de faire fonctionner plus efficacement l’action publique, elle est aujourd’hui trop morcelée. Je n’ai aucun état d’âme à ce sujet : je ne suis pas sûr que des compétences comme le logement ou la mobilité doivent rester de la compétence de l’Etat. Mais la compétence doit s’accompagner de la responsabilité politique ».

Un Etat local libéré

Il est également revenu sur la présence de l’Etat dans les territoires, reconnaissant que celui-ci « a fait des économies ces dernières années, mais souvent sur sa présence au niveau local, pas central.  On a supprimé des fonctionnaires de guichet, et maintenu les fonctionnaires de circulaires, éloignés du terrain….Depuis plusieurs mois on travaille à un nouveau mouvement de déconcentration au niveau régional et départemental, et à une plus grande liberté donnée aux gestionnaires locaux ».

Répondant au maire de Lunéville qui se plaignait des décisions de restructurations de services prises par certains établissements, en contradiction avec la volonté de l’Etat de soutenir certains territoires, le président a sévèrement « taclé » la SNCF qui a supprimé la ligne Saint-Dié – Epinal, contrairement à ce qu’il avait assuré. « Sur ce sujet de cohérence des décisions publiques, les préfets représentent l’ensemble des services, ils sont débiteurs de cette obligation », a-t-il assuré.

Finances locales : le guichet est ouvert

Enfin, sur le dossier des finances locales, tout est ouvert. Pour la taxe d’habitation, « elle ne sera pas remplacée par un autre impôt, il faudra trouver une fiscalité des communes par transfert d’une fiscalité existante. J’ai demandé au gouvernement de travailler avec les collectivités : pourquoi ne pas glisser l’impôt foncier au niveau communal ?  la fiscalité des départements n’est pas assez dynamique par rapport à ses dépenses ». La dotation globale de fonctionnement ? « Le système est devenu illisible ». le Fonds de péréquation communal et intercommunal ? « Faisons-en un sujet du débat de la réforme des dotations, mais tout dépend de la philosophie qu’on adopte : soit on est sur une ligne de différenciation – solidarité, soit on est sur une ligne de stabilité, mais on ne peut pas avoir les deux, a-t-il mis en garde. C’est aux collectivités d’avoir une responsabilité commune ».

Logement : améliorer la réforme, pas la supprimer

Enfin, le président est revenu sur un sujet polémique, abordé à chacune de ses rencontres avec les maires, celui de la réforme des aides personnelles au logement. « La réforme des loyers conduit à une fragilisation des bailleurs sociaux. La question du stock des dettes des organismes garanties par les collectivités est une véritable bombe à  retardement, il faut reprendre en main le dossier », a alerté Jean-Pierre Bouquet, le maire de Vitry-le-François. « On peut améliorer la réforme, mais si c’est le retour au statu quo ante que vous réclamez, ça ne me satisfait pas. J’ai cependant le sentiment que la Caisse des dépôts et consignations n’est pas aussi mobilisée pour accompagner les collectivités qu’elle le devrait », a-t-il répondu.

Les élus sont sortis une fois de plus bluffés sur la forme, face à un président qui a réponse à tout, maîtrise la plupart des dossiers, y compris locaux. Sur le fond, les désaccords restent toujours nombreux.

Cet article fait partie du Dossier

Grand débat national : quelles mobilisations dans les territoires, pour quels effets ?

Sommaire du dossier

  1. « Changer notre démocratie, notre organisation, notre administration » : la réponse de Macron en 3 actes
  2. Le droit d’interpellation des élus locaux, un air de déjà-vu
  3. Edouard Philippe détaille le calendrier des chantiers annoncés par l’Elysée
  4. Bilan du Grand débat national : les quatre points clés
  5. Grand débat national, et maintenant ?
  6. Bilan du Grand débat national : dernier rapport des garants
  7. Les garants du Grand débat expriment leur satisfecit
  8. Mortagne au Perche : un grand débat sans RIC ni ISF
  9. Emmanuel Macron face aux maires du Grand Est : les désaccords persistent
  10. Les services publics au cœur des critiques citoyennes
  11. À Ouveillan, on déplore la « déshumanisation » des services publics
  12. Le Grand débat national entre dans sa phase opérationnelle
  13. Grand débat national : mode d’emploi
  14. Grand débat : « Il ne faut pas oublier de remonter les contributions » – Jean-Paul Bailly
  15. Quelles sont les conditions d’un « bon » débat ?
  16. Terra Nova propose le RIC délibératif
  17. Grand débat national : le Gouvernement s’engage sur les modalités d’analyse et de restitution
  18. Le Grand débat au crible des experts de la démocratie participative
  19. A Sézanne, le besoin d’une plus grande proximité entre le citoyen et l’administration
  20. A Roubaix, un débat citoyen entre frustration, espoir et colère
  21. Grand débat : tout savoir sur la plateforme numérique
  22. A Civrieux, on débat en recherchant le consensus
  23. Grand débat : quelle facture pour les communes ?
  24. Grand débat : Sébastien Lecornu constitue un comité des maires
  25. Grand débat national : le rapport accusateur de la CNDP
  26. Le Grand débat national fait le plein à Palavas-les-Flots
  27. A Villiers-le-Bel, les habitants dénoncent les défaillances des services publics
  28. Grand débat : une vision de la transition écologique très critiquée
  29. Grand Débat : le collège de garants assure ne recevoir d’instruction « de personne »
  30. Les mots de la lettre aux Français
  31. Retour sur l’intervention-marathon d’Emmanuel Macron
  32. Grand débat national : « Il faut intégrer les agents publics dans le recueil de la parole citoyenne »
  33. Grand débat national : mais où est donc passée la culture ?
  34. Grand débat : le cri d’alarme de fonctionnaires en détresse
  35. Grand débat : les premières remontées de terrain par les élus
  36. Grand débat : Emmanuel Macron s’attaque au nombre de collectivités

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emmanuel Macron face aux maires du Grand Est : les désaccords persistent

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement