Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Social

Action sociale : qu’attend le gouvernement des départements ?

Publié le 27/02/2019 • Par Isabelle Raynaud • dans : A la une, Actu expert santé social, France

social-depense-argent-tirelire
xtock / AdobeStock
Alors que la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté entre dans sa phase opérationnelle, les dernières annonces d'Edouard Philippe et d'Emmanuel Macron mettent le doute sur l'avenir de la compétence sociale, pour l'heure dans le giron des départements.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il y a d’abord eu la demande de contreparties aux aides sociales du Premier ministre, puis les propos d’Emmanuel Macron devant les présidents des conseils départementaux sur le besoin d’une politique sociale identique sur le territoire. Alors que la contractualisation avec les territoires vient d’être lancée dans le cadre de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, l’avenir de l’action sociale semble flou pour le gouvernement, mettant les départements dans l’incertitude.

« Contreparties »

« Il n’est pas scandaleux, je le dis comme je le pense, de poser la question des droits et des devoirs. […] Lorsque l’Etat crée des systèmes de solidarité ou d’accompagnement ou d’encouragement, la logique de droits et de devoirs est impérative », a déclaré Edouard Philippe devant les députés le 19 février. Il répétait alors des propos tenus quelques jours plus tôt devant des patrons bretons.

Première aide sociale dans le collimateur du Premier ministre ? Le RSA. Problème : la contrepartie existe déjà ! Chaque bénéficiaire de ce minima social doit en effet signer un contrat d’engagement réciproque (CER) dans lequel il accepte un parcours d’insertion, c’est-à-dire le plus souvent une recherche d’emploi.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment développer de nouveaux services urbains grâce à l'internet des objets ?

de Orange Business Services

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Action sociale : qu’attend le gouvernement des départements ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement