Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Inégalités territoriales

Les gilets jaunes, fruits des inégalités sociales et territoriales

Publié le 26/02/2019 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

pauvrete-inegalite-argent
Mellimage / AdoeStock
Selon deux économistes de l'OCDE, le mouvement des gilets jaunes trouverait en partie ses racines dans une profonde inégalité des chances, notamment dans l'accès à l'éducation. Cet ascenseur social en panne et ces disparités territoriales ne peuvent être corrigés uniquement par la redistribution et les transferts sociaux, estiment les experts.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dans un billet paru lundi 25 février sur le blog Ecoscope de l’OCDE, Laurence Boone, cheffe économiste de l’OCDE, et Antoine Goujard, Bureau France, du département économique de l’OCDE, soulignent l’existence d’une « profonde inégalité des chances » en France.

Un ascenseur social en panne

« Les récentes manifestations des gilets jaunes pourraient n’être qu’une variante des fractures territoriales et sociales potentiellement liées à un même phénomène de rejet de la mondialisation qui s’est retrouvé dans plusieurs pays de l’OCDE. C’est probablement en partie le cas, mais les raisons de ce mouvement trouvent aussi leur racine dans une profonde inégalité des chances. Il faut plus de 6 générations en France à une personne du bas de la distribution des revenus pour en rejoindre la moyenne », écrivent les auteurs.

Disparités territoriales et inégalités d’accès

Les disparités entre catégories socio-professionnelles mais aussi entre les territoires et ce dès le plus jeune âge provoquent un accès différencié aux services publics, et notamment ceux en lien avec l’éducation, qui sont déterminants. « Chez le tiers de la population le moins aisés, seuls 30% des enfants intègrent des modes d’accueil dits « formels », crèches, halte-garderie ou assistantes maternelles, contre près de 60% pour l’ensemble de la population. C’est en partie une question d’accès : selon la commune ou le quartier où l’on habite, ces modes de gardes sont plus ou moins développés. Or ils permettent le développement dès le plus jeune âge des enfants, leur socialisation et leur éveil. », indiquent les auteurs.

Quant aux performances scolaires,  « là encore, les disparités territoriales jouent un rôle important, avec des difficultés accrues pour attirer des enseignants expérimentés et des concentrations d’élèves en difficulté dans certaines écoles et zones géographiques ».

Redistribution et transferts sociaux ne peuvent pas tout corriger

« En conclusion, la redistribution par les impôts et transferts sociaux est un puissant outil de réduction des inégalités de revenu mais les inégalités d’opportunité sont importantes, largement liées au système éducatif », insistent les auteurs. « La redistribution soutient le niveau de vie des ménages les plus pauvres, mais ne corrige pas les disparités au sein du milieu de la distribution. Et surtout, elle ne suffit pas à contrer les inégalités des chances liées au milieu socio-économique ni les inégalités territoriales », concluent-ils.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les gilets jaunes, fruits des inégalités sociales et territoriales

Votre e-mail ne sera pas publié

Impossible

27/02/2019 10h32

Je ne partage pas le point de vue des auteurs de cette étude. Encore une fois on repousse les problématiques sur les autres. Je vais citer un exemple que je connais bien: le mien!

Je suis né à la fin des années 50 de parents immigrés qui ont vécu dans le plus strict dénuement jusqu’au milieu des années 70. Par un travail acharné, ils ont réussi à progresser dans l’échelle sociale; alors que dans les années 50 ils faisaient partie des 1 % les plus pauvres. Vingt ans plus tard, ils étaient dans la médiane.
Mes parents avaient un niveau de connaissances « limité » mais une large expérience de la vie après avoir connu deux guerres. Ils n’avaient donc pas la possibilité de donner à leurs enfants les connaissances nécessaires pour qu’ils poursuivent de longues études.
Sur trois enfants, l’un a obtenu une diplôme d’ingénieur, l’autre le bac. C’est pas mal pour des enfants nés en France mais qui jusqu’à leur scolarisation à l’âge de cinq ans n’ont jamais entendu un mot en français!

On peut se demander comment cela a été rendu possible alors que nous avons grandi dans des communes rurales éloignées de tout.

Si cela a été rendu possible, c’est grâce à mes parents que je remercie pour cela.
Ils m’ont appris que pour progresser il faut s’en donner la peine et rester humble: mon père disait toujours qu’ils ne faut pas regarder ceux qui sont devant nous mais ceux qui sont derrière.
C’est donc par l’amour du travail que nous avons réussi à progresser dans l’échelle sociale.

Je ne suis pas convaincu qu’aujourd’hui cette notion d’effort à mettre en place soit entendue et appliquée!
Or si ce n’est pas seule solution possible, elle permet d’aller de l’avant.

A mon tour, avec mes enfants j’ai appliqué la même méthode en me rappelant non pas où je suis arrivé mais d’où je viens. L’un d’eux a choisi la bonne voix: celle d’une école d’ingénieur qui lui donne une situation que beaucoup regardent avec envie mais pour cela il fait de nombreux sacrifices et travaille beaucoup, même trop et plus que moi au même âge.
L’autre après des études soldées par un master 2 s’est tourné vers l’auto entreprise, un chemin difficile, semé d’embuches et peu gratifiant financièrement.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement