logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/608337/pourquoi-le-reperage-des-agents-en-souffrance-patine/

RISQUES PSYCHOSOCIAUX
Pourquoi le repérage des agents en souffrance patine
Maud Parnaudeau | Toute l'actu RH | Publié le 05/03/2019 | Mis à jour le 04/03/2019

Accompagner une personne en situation de mal-être ou victime de harcèlement dans la collectivité implique d’être averti de ses difficultés. La parole doit être libérée…

Les agents ont tendance à cacher leur souffrance. Demander de l’aide, voire tout simplement exposer ses problèmes, n’est pas simple. La peur d’être jugé, montré du doigt ou reclassé dans un autre service et/ou un autre emploi constitue souvent un frein à la libération de la parole. Comment créer les conditions pour inciter les agents à parler de leurs difficultés ? Comment mieux repérer les situations de mal-être au travail ? Laisser de telles situations perdurer, faute d’en avoir connaissance, c’est risquer d’en aggraver les effets.

Par ailleurs, un agent ne va pas nécessairement s’adresser au bon interlocuteur. Il devra ensuite réexpliquer son cas, sa démarche pourra prendre du temps. D’où l’initiative prise en avril 2018 par l’Unsa Territoriaux d’ouvrir une adresse email dédiée pour ...

POUR ALLER PLUS LOIN