Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Climat

Les femmes au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique

Publié le 21/02/2019 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

solidarite-planete
Romolo Tavani
Les conférences Justice4Climate et Women4Climate, portées par la maire de Paris Anne Hidalgo, ont réuni des maires français et internationaux tous désireux de se mobiliser en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. L'occasion de parler également de l'impact spécifique de ce phénomène sur les femmes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

En l’espace de deux jours, mercredi 20 et jeudi 21 février, Paris a accueilli deux événements dédiés à la lutte contre le réchauffement climatique. Tout d’abord, mercredi 20 février, la conférence Justice4Climate qui a réuni des maires français et étrangers (Sydney, Lisbonne, Grenoble…), des associations, experts et juristes.

Se mobiliser pour obtenir justice

A cette occasion, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé la « création d’une plateforme internationale d’accompagnement juridique qui sera à la disposition des maires qui veulent engager des actions de justice climatique et notamment des recours contre les Etats qui ne respectent pas l’Accord de Paris ».

Car « Face à l’affaiblissement des Etats, les villes sont un dernier rempart », selon la formule de Patrick Klugman, adjoint à la maire de Paris en charge des relations internationales et de la Francophonie.

Construire des villes inclusives

Le lendemain, jeudi 21 février, Anne Hidalgo a rassemblé des maires, PDG, experts en climatologie et des leaders et entrepreneurs à l’occasion de la 3ème conférence annuelle Women4Climate. Avec le postulat suivant : pour mettre en œuvre les accords de Paris sur le climat (objectif de maintenir la hausse de la température mondiale à  +2°C et si possible +1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels), les villes doivent se mobiliser, car la population s’urbanise toujours davantage. C’est donc à la transformation des villes qu’il faut réfléchir.

Or, les efforts pour lutter contre le changement climatique en milieu urbain « ne porteront leurs fruits que s’ils sont inclusifs et bénéficient à l’ensemble des citadins, et autant aux hommes qu’aux femmes », selon une étude du C40, réseau de 95 métropoles engagées pour le climat, qui a créé en 2017 l’initiative Women4Climate, sous l’impulsion d’Anne Hidalgo, présidente de ce réseau.

Donner le pouvoir aux femmes

Dans cette approche, Women4Climate veut démontrer et accélérer le pouvoir des femmes qui s’engagent en faveur d’un futur plus écologique, notamment via un système de mentorat déjà implanté dans 8 villes dans le monde, dans un contexte où les fonds d’investissements, dirigés majoritairement par des hommes, favorisent statistiquement davantage les projets portés par des hommes.

Cette initiative souhaite aussi sensibiliser sur l’impact du changement climatique, qui touche de façon disproportionnée les femmes, mettant en évidence des inégalités sociales entre les genres. Par exemple, en matière de transports, les réseaux publics ont tendance à privilégier les itinéraires allant de la banlieue et des arrondissements extérieurs au centre-ville, et ils sont statistiquement les plus susceptibles d’être utilisés par des hommes. Car les recherches que cite le C40 indiquent que les femmes effectuent davantage de trajets plus courts, avec de multiples arrêts, dans des conditions souvent plus difficiles (car elles ont encore en majorité la charge des enfants, et se déplacent donc avec des poussettes, etc). Le rapport de recherche remis dans ce cadre par le C40 apporte également des outils pour aller plus loin.

Quelques pistes

Le rapport de recherche du C40, disponible en anglais ici, préconise par exemple :

  • d’investir dans les mentorats et l’accompagnement des femmes ;
  • d’appliquer la méthodologie Gamma, qui « permet aux villes d’examiner la sensibilité des politiques locales aux spécificités de genre et d’identifier et appliquer des solutions intégrant une approche de genre » ;
  • d’introduire une planification participative sensible au genre.

Pour analyser les besoins différenciés selon le genre, le rapport invite également à :

  • recueillir des données désagrégées par genre, pour pouvoir élaborer des stratégies visant à accroître la participation des femmes à l’action climatique ;
  • recourir à la budgétisation sensible au genre, notamment en matière d’investissements d’infrastructures ;
  • réaliser des audits de sécurité à destination des femmes. Par exemple, pour mieux cerner les problèmes auxquelles elles peuvent être confrontées dans leurs déplacements dans les villes, car cela peut entraver leur participation à des solutions de mobilité à faibles émissions de carbone.

Deux projets ayant fait l’objet d’un mentorat Women4Climate par la ville de Paris

Ecotable. Créée par Fanny Giansetto, cette communauté de restauration durable repose sur un réseau de producteurs et prestataires. Il valorise des restaurants ayant des pratiques vertueuses pour l’environnement, et qui souhaitent devenir encore plus écoresponsables. Provenance des légumes, eau consommée, produits d’entretien utilisés, l’impact écologique est mesuré et estampillé par un label.

Vépluche. Entreprise créée par Clara Duchalet qui collecte via un triporteur cyclable les déchets alimentaires de la restauration pour les valoriser et les utiliser pour la culture de fruits et légumes bio. Elle travaille actuellement avec une cinquantaine de restaurateurs et a permis de traiter 4 tonnes de biodéchets.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les femmes au cœur de la lutte contre le réchauffement climatique

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement