Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

données intelligentes

Le maire de demain devra-t-il être expert de l’intelligence artificielle ?

Publié le 20/02/2019 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

démocratie participative
Adobestock
A l’occasion de la table ronde « repenser la cité et les services publics » qui s’est tenue lors de l’AI France Summit à Bercy mardi 19 février, les réflexions se sont orientées vers la juste place que devraient demain adopter les maires vis-à-vis de l’IA.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’intelligence artificielle (IA) se répand et son usage impacte de plus en plus de thématiques en lien avec la puissance publique : les mobilités, la transition énergétique, la santé, les décisions prises par des administrations… Lors de l’AI France Summit qui était organisé à Bercy mardi 19 février, les intervenants se sont interrogés sur la transformation de leurs champs respectifs : pour les chirurgiens assistés d’une intelligence artificielle, devront-ils se transformer demain en chirurgiens data scientists capables d’expliquer les décisions de la machine ayant assisté leurs opérations ? Et pour les maires, devront-ils demain être des CTO, des Chiefs technical officer, et avoir une double casquette d’élus et d’experts ?

Cette question a été posée dans le cadre de la conférence « repenser la cité et les services publics », qui a réuni autour de la table des personnes aux horizons professionnels variés, mais toujours très liées au monde de l’entreprise : Mathieu Dunant, directeur de l’innovation à la RATP, Mustapha Derras, directeur exécutif Recherche & Développement de Berger-Levrault, Clémence Arto, directrice des affaires publiques à Doctrine, Claire Falzone, directrice générale de Nova Veolia, et Thibault Gouache, de l’entreprise Cornis, spécialisée dans l’éolien.

Des maires « stratèges » qui s’acculturent

La smart city, ou le territoire au service de l’intelligence collective – les appellations varient – amène à s’interroger sur la nécessité de former les décideurs publics et privés à l’IA. Mais selon Mustapha Derras, de Berger-Levrault, pas question de demander au maire d’être CTO. « J’ai un ordinateur mais je ne sais pas le construire. Un maire reste un maire, et le travail du maire est d’une complexité que peu connaissent, il a d’énormes responsabilités. Il n’a pas à être CTO mais peut s’entourer d’experts », estime-t-il.

« L’important est qu’il ait une vision et soit en recherche de solutions pour parvenir à son objectif », abonde Claire Falzone, de Nova Veolia. Mais un maire qui voudrait attirer des start-up doit commencer par analyser ses pratiques, quitte à ce que cela entraîne des changements en profondeur : « pour être un territoire d’innovations, il faut des services publics exemplaires, et notamment digitaux », estime-t-elle. Pour autant, le maire n’a pas vocation à être seul détenteur de ce savoir, mais il est louable de chercher à s’acculturer. « Il y a une réelle prise de conscience de la part des élus, des collectivités, des services techniques, je pense aux Interconnectés par exemple, qui est un réel lieu d’échanges. Mais il est vrai qu’il y a encore du chemin », conclut-elle.

Des maires CTO en Civic tech ?

Thibault Gouache, de Cornis, va encore plus loin. « Le maire n’a pas besoin d’être CTO mais il a besoin d’avoir une réelle compréhension des outils. Si on voit l’IA comme une boîte magique et qu’on attend qu’elle prenne une décision, cela ne marchera pas. L’IA à la place du politique ne redonnera pas du sens. Elle doit être une aide à la décision », développe-t-il.

Une analyse que partage Clémence Arto, de Doctrine. « Il est important d’avoir ce débat sur l’IA, car ils nous appartient de décider où l’on place le curseur. Mais l’IA ne doit pas être une manière de se décharger de la décision, on attend d’un maire qu’il ait une vision stratège. Mais il y aura de la place pour les CTO pour accompagner ces maires et c’est tant mieux », relève-t-elle.

Et Mathieu Dunant de conclure : « En tant que citoyen et professionnel, je n’ai pas très envie d’un maire CTO. La seule nuance que j’apporterais, c’est que le maire pourrait être le CTO de ses civic tech, car ils comportent un enjeu de construction d’un consensus, et portent l’élaboration des décisions. Il pourrait avoir un rôle de CTO par rapport à ce type de technologies.

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maire de demain devra-t-il être expert de l’intelligence artificielle ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement