Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Droit à la différenciation : vers une nouvelle étape de la décentralisation ?

Publié le 15/02/2019 • Par Pablo Aiquel • dans : France

12_09_18_paris_75_jean rene cazeneuve depute du gers
Fabien Calcavechia/La Gazette
Présenté le 13 février 2019, le rapport Cazeneuve-Viala sur les possibilités ouvertes par l’inscription dans la Constitution d’un droit à la différenciation, souligne le potentiel de cette réforme et les attentes des collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les co-rapporteurs Jean-René Cazeneuve (LREM) et Arnaud Viala (LR) n’y vont pas par quatre chemins : ils « sont convaincus que la différenciation sera l’outil qui permettra un nouvel approfondissement de la décentralisation dans notre pays ».

Ils ont présenté ce mercredi 13 mars, dans le cadre de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation, les conclusions du groupe de travail sur les possibilités ouvertes par l’inscription dans la Constitution d’un droit à la différenciation.

Garanties juridiques

66 contributions ont été reçues par les députés. 12 ont été transmises par des collectivités qui ont déjà engagé des réflexions sur la thématique de la différenciation et réfléchi à des projets concrets, 54 ont été transmises par des collectivités via un questionnaire en ligne, ouvert du 20 novembre au 10 décembre 2018.

Parmi ces contributions, ils ont analysé 34 projets, et il en ressort que 14 paraissent ne pas présenter de difficulté juridique sérieuse -ou pouvant être résolue par un encadrement approprié », 12 sont dans une zone « grise » et 8 semblent soulever une « difficulté juridique sérieuse ou insoluble ».

Les co-rapporteurs concluent que « le droit à la différenciation n’autorisera pas ‘tout et n’importe quoi’, comme certains défenseurs de l’unité républicaine la plus stricte le craignent, puisque les limites de ce qui est juridiquement possible seront repoussées sans être pour autant abolies ».

« La mise en œuvre de ces nouvelles dispositions constitutionnelles permettra d’ouvrir, via la différenciation, la nouvelle étape de la décentralisation dont notre pays a besoin pour répondre aux besoins d’innovation et de liberté des collectivités, au service de leurs habitants et de leurs territoires », concluent-ils.

Le bon moment

A l’issue de la présentation du rapport, le député Jean-René Cazeneuve (En photo) a expliqué à La Gazette des communes qu’il y avait « une très forte attente des collectivités territoriales pour cette réforme ».

« Beaucoup de collectivités se posent de vraies questions et imaginent comment elles pourraient s’organiser différemment. C’est le bon moment pour parler de ce sujet », a-t-il ajouté.

Par exemple, des projets qui pourraient être acceptés avec cette réforme constitutionnelle :

  • Permettre aux petites communes de délivrer des cartes d’identité
  • Permettre à un département d’exercer une compétence inter-SCOT ou d’élaborer un SCOT départemental
  • L’extension de la compétence des SAFER et renforcement de leur droit de préemption.
  • Permettre la création d’une agence départementale des solidarités réunissant l’ensemble des partenaires institutionnels afférents sous le pilotage du Conseil départemental et aboutir à la création d’un dossier social unique pour les usagers.

En revanche, parmi les exemples de projets qui ne seraient pas acceptés si la réforme passait en l’état, les députés dénombrent des propositions telles que :

  • Permettre aux intercommunalités comprenant un grand nombre de communes membres de déroger aux dispositions exigeant, pour certaines décisions, une majorité qualifiée ou une unanimité.
  • Permettre à un département frontalier de négocier avec les États voisins des accords spécifiques.
  • Elargir les cas de non versement du revenu de solidarité active.
  • Déroger au contrôle de légalité exercé par le représentant de l’État dans le département sur les actes pris par le département.
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Droit à la différenciation : vers une nouvelle étape de la décentralisation ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

18/02/2019 09h27

Le droit à la différenciation va à l’encontre de la Constitution française qui stipule que la nation est « une et indivisible ».
A terme, la France deviendra un regroupement de territoires ayant chacun leurs particularités, leurs règles, leurs pouvoirs…
Elle va bien dans le sens du pacte germano-français d’Aachen (Aix-la-Chapelle) qui prévoit la création de régions transfrontalières bénéficiant d’une législation adaptée, différente de la loi française…
Est-ce bien notre intérêt, à nous Français ?
Tout fout le camp, mon bon monsieur, ma pôv’ dame…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement