logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/606651/la-fondation-abbe-pierre-remet-des-pics-dor-pour-denoncer-les-dispositifs-anti-sdf/

URBANISME
La fondation Abbé Pierre remet des « pics d’or » pour dénoncer les dispositifs anti-SDF
Laura Fernandez Rodriguez | France | Publié le 14/02/2019

La fondation Abbé Pierre a dénoncé les mobiliers urbains anti-SDF lors d'une cérémonie parodique. Elle interpelle tous les acteurs impliqués, y compris les collectivités locales.

dispositif-sans-abri-SDF-abbe-pierre-recompenseLa fondation Abbé Pierre a organisé mercredi 13 février une soirée pour « récompenser » satiriquement des dispositifs urbains anti-SDF avec la remise de six trophées.

Redonner de la place aux personnes exclues

« Ce mobilier urbain n’a d’autre vocation que d’empêcher les personnes sans domicile de se mettre à l’abri ou de se reposer dans l’espace public, symbolisant le rejet, toujours plus loin, des personnes les plus exclues », écrit l’association dans un communiqué [1].

La cérémonie, qui s’est déroulée à Paris, au studio 28, et à laquelle ont participé les humoristes Guillaume Meurice et Blanche Gardin, fait suite à l’opération #soyonshumains qui invitait l’an passé chaque citoyen à recenser et dénoncer ces mobiliers urbains. Six « lauréats » ont reçu un pic d’or :

Par exemple, dans la catégorie « fallait oser », la ville de Biarritz a été épinglée avec un abris bus comportant un petit siège où il est impossible de s’allonger.

Le pic « le clou » a été remis à un dispositif à gros clous implanté dans le 2ème arrondissement parisien, rue de Hanovre à Paris.

Ou encore, le pic du dispositif « faites ce que je dis pas ce que je fais » a lui été remis à un centre médical dans le 10ème arrondissement, qui s’est équipé de vagues de fer et qui porte dans le même temps la mention « ouvert à tous ».

L’association souhaite interpeller sur le sujet tous les acteurs concernés : « La Fondation Abbé Pierre interpelle aussi bien l’État que les collectivités locales – et en premier lieu les mairies – que les riverains, les entreprises de transport, les commerçants, les banques, les urbanistes et les architectes », a indiqué l’association.

POUR ALLER PLUS LOIN