Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Entretien] Grand débat

« La place accordée aux élus est difficilement justifiable »

Publié le 13/02/2019 • Par Romain Gaspar • dans : France

Loïc Blondiaux
Patricia Marais
Après le coup d’envoi du grand débat national donné par Emmanuel Macron à la mi-janvier, des centaines de réunions sont prévues dans toute la France. Ce succès relatif rassure le politologue Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, sur la demande de démocratie participative de la part des citoyens.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Après le coup d’envoi du grand débat national donné par Emmanuel Macron à la mi-janvier, des centaines de réunions sont prévues dans toute la France. Ce succès relatif rassure le politologue Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, sur la demande de démocratie participative de la part des citoyens. « Le mouvement des « gilets jaunes » et le grand débat témoignent d’une demande réelle de participation dans le pays. En termes de public, il n’est pas général.

Tous les citoyens ne veulent pas participer, mais nombreux sont ceux qui considèrent que les institutions de la Ve République ne laissent pas suffisamment de place à l’expression citoyenne, remarque le chercheur. La manière dont la présidence de la République et le gouvernement avaient réussi à monopoliser l’espace non seulement de la décision, mais aussi de la discussion en court-circuitant le Parlement et les élus locaux, et surtout en invitant les citoyens à ne pas s’y intéresser, est jugée maintenant intolérable par une partie significative de la population. »

Le politologue travaille depuis une vingtaine d’années sur la notion de démocratie participative et sur les ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La place accordée aux élus est difficilement justifiable »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement