Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité routière

Les départements hésitent entre évaluer ou combattre la limitation à 80 km/h

Publié le 06/02/2019 • Par Emilie Denètre • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France • Source : Courrier des maires.fr

Route 80 km limitation vitesse
Stock Adobe
Le Président de la République laisse désormais entrouverte la porte à « un dialogue territorial » pour trouver des « solutions intelligentes et mieux acceptées » sur les limitations de vitesse sur les routes départementales. Reste désormaiis à se mettre d'accord entre patrons de départements, chez qui la question de savoir s’il faut revenir ou non sur cette mesure-phare du quinquennat fait toujours débat.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Dissonant. D’un côté, le chef de l’État qui tente de renouer les fils d’un dialogue distendu avec les élus locaux et qui n’hésite pas à « mettre sur la table » la possibilité d’amender localement la « mesure-totem » des 80 km/heure. De l’autre le chef de gouvernement – à l’initiative de cette limitation de vitesse sur les routes – qui, sans revenir sur la parole présidentielle, se réjouit de la baisse historique constatée de la mortalité sur les routes depuis la mise en place de la mesure tant décriée, mettant ainsi les « patrons de département face à leurs responsabilités ». Une fois de plus, la communication de l’exécutif autour du « 80 km /heure » aura permis de faire l’unanimité … contre elle !

Des chiffres contestés et des causes non traitées

En effet, pour la plupart des présidents de département, cette limitation de vitesse à 80 km/heure n’est jamais vraiment passée. « Cette décision est typique de celles prises depuis Paris par des gens qui ne prennent que le métro et/ou qui n’ont jamais l’opportunité de rouler à plus de 80km/h » s’agace André Accary, président (LR) de la Saône-et-Loire, un département qui compte plus de 5 000 km de routes départementales et se voit directement impacté par la mesure. « C’est un scandale de voir des décisions prises comme cela sans concertation » s’agace-t-il. Pour François Goulard (Objectif France, ex-LR), à la tête du Morbihan, le constat est clair : « même si sur quelques dizaines de kilomètres parcourus, le temps perdu avec cette limitation de vitesse est finalement moindre, l’impact psychologique a été énorme chez les gens. Ils ont vécu cela comme une norme, une obligation, voire un ‘emmerdement’ de plus venu de Paris ».

Lire la suite de cet article (gratuit) sur le site du Courrier des Maires

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les départements hésitent entre évaluer ou combattre la limitation à 80 km/h

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

08/02/2019 07h06

Ah le bon temps avant 1970: pas de limitations de vitesse, pas de ceintures de sécurité obligatoires, l’essence pas chère, l’alcool toléré… La totale jouissance au volant, quel pied ! (13000 morts par an sur les routes).
On ne peut pas dire qu’à chaque évolution les rétrogrades populistes et les lobbies de la voiture et du vin aient facilité les choses, mais Dieu soit loué, cela s’est fait. La France reste cependant dans le peloton de tête en matière d’hécatombe routière.
Bravo.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement