Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Energie

Grands barrages : ce que va changer l’ouverture à la concurrence

Publié le 08/02/2019 • Par Olivier Descamps • dans : A la une, A la une, actus experts technique, France

Barrage de Serre-Ponçon
Barrage de Serre-Ponçon @Fly & Dream
Question énergétique qui touche les revenus locaux et l’aménagement du territoire, la mise en concurrence des concessions hydroélectriques pourrait être effective dès cette année. Les débats s’éternisent. Les collectivités veulent que l’on avance.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

C’est une bataille qui dure depuis vingt ans et transcende les clivages politiques. La France contre la Commission européenne. EDF contre les opérateurs alternatifs. Les élus convaincus qui estiment qu’il faut reconduire les sortants contre ceux qui considèrent que l’on a besoin d’air… L’ouverture à la concurrence des concessions des barrages est un feuilleton sans fin. En France, les grandes installations hydroélectriques ont été nationalisées après-guerre. Et si l’Etat n’a aucune intention de s’en défaire, la Commission européenne lui demande avec insistance de lancer des appels d’offres pour en déléguer l’exploitation à d’autres énergéticiens qu’EDF, aujourd’hui en situation de quasi-monopole.

S’il est tentant d’affirmer que l’épilogue est proche – le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a évoqué au Sénat, le 15 janvier, « des décisions dès cette année 2019 » –, gare aux nouveaux coups de théâtre. Une première série de consultations pourrait être lancée dans les mois qui viennent, mais à l’Assemblée nationale, par exemple, la députée socialiste de l’Isère Marie-Noëlle Battistel continue à mener la fronde. En mai 2018, elle a présenté les ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Grands barrages : ce que va changer l’ouverture à la concurrence

Votre e-mail ne sera pas publié

Hermès

11/02/2019 11h03

Ah la concurrence, cheval de bataille des uns pour lesquels c’est la seule solution convenable et des autres pour lesquels c’est la pire des choses.

Je n’aborderai pas le dossier de ce point de vue, mais seulement sur les compétences que l’Etat doit garder dans ce cas.

On constate très souvent lors de mises en concurrence (marchés publics ou DSP) aussi bien pour l’Etat que pour les collectivités qu’ils ont besoin de s’appuyer sur les compétences détenues par des entreprises privées pour élaborer les dossiers, évaluer les sociétés et choisir le prestataire final.
En un mot, la compétence pour la gestion de ces dossiers n’est plus détenue par les collectivités (ou l’Etat) mais par le privé!
Il est loin le temps où les ingénieurs des ponts et chaussées détenaient ce savoir faire!

La question n’est donc pas celui de la mise en œuvre de la concurrence mais du suivi de la gestion de l’opération quand un prestataire est retenu.

A l’aune de ce que l’on observe dans le domaine de la téléphonie, il me semble judicieux d’attendre avant de se lancer dans une mise en concurrence pour la gestion des barrages. Les errements que l’on observe dans la téléphonie ou l’internet doivent nous donner à réfléchir.

manava décarbonate

11/02/2019 11h31

l’Etat n’aurait jamais dû autoriser la mise en concurrence dans le domaine de l’énergie ; nous n’en serions pas là à permettre des grandes surfaces comme Leclerc à vendre de l’électricité ; nous aurions décarboner plus efficacement ; si un domaine régalien doit rester à l’Etat, c’est bien celui-là…etc

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement