Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie participative

Panels, plateformes, laboratoires… ces régions qui donnent la parole aux citoyens

Publié le 13/02/2019 • Par Monique Clemens • dans : Innovations et Territoires, Régions

dialogue-social-grand-debat-consultation-concertation-democratie-locale-participative
Adobe Stock
A l’ère d’une démocratie représentative en crise, et à l’échelle d’une collectivité mal connue, des élus donnent la parole aux citoyens pour coconstruire les programmes. Selon les régions, des panels de représentants permanents de la population, des ambassadeurs ou des citoyens volontaires participent à la définition des politiques. Les plateformes participatives sont plébiscitées. Sur le terrain, laboratoires, tournées ou journées citoyennes et formation des élus facilitent l’approche du territoire.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La démocratie participative serait-elle la voie à suivre ? Où en sont les régions ? « Elles sont plutôt en retrait, alors que l’on aurait pu croire, il y a dix ans, qu’elles seraient pilotes, parce que leurs élus sont différents et parce qu’elles souffrent d’un problème de relation avec le terrain et les citoyens », analyse Loïc Blondiaux, professeur de science politique à la Sorbonne. « Mais ces politiques plutôt de gauche ont été sensibles à l’alternance lors des dernières régionales. »

Un constat qui est partagé par Guillaume Gourgues, maître de conférences en science politique à l’université de Lyon 2. « Il y a eu tout un jeu autour de la démocratie participative dans les coalitions plurielles de gauche pour pallier la méconnaissance de l’institution. Mais tous les dispositifs étudiés ces dix dernières années ont disparu, liquidés à la faveur de l’alternance. »

Quatre régions de gauche

Tous liquidés ? Peut-être, mais d’autres sont entrés dans la danse. Quatre régions au moins se sont lancées depuis l’élection de 2015. Quatre régions de gauche, dont deux pilotées par des femmes. « C’est plutôt un pansement sur la démocratie », juge Charles Fournier, vice-président de Centre – Val de Loire et cheville ouvrière de son dispositif de démocratie permanente. « Mais l’élection de 2015, avec son fort taux d’abstention et ses interrogations politiques, a relancé le sujet. »

Elue avec 7 000 voix d’avance dans un territoire rural, son équipe, accompagnée par le collectif citoyen Démocratie ouverte, avait mis sur pied un plan d’action 2016-2017. Cinq cents propositions avaient été récoltées lors d’une tournée, en camion, à la rencontre de M. et Mme Tout-le-Monde lors de fêtes, guinguettes, week-ends à la ferme… Un cercle de référents dans les services et un laboratoire d’innovation publique ont aussi été mis en place, pour un budget total annuel de 450 000 euros depuis 2016. « Le budget alloué, la place dans l’organigramme et le portage politique sont trois bons indicateurs de la crédibilité d’une politique de démocratie citoyenne », selon Loïc Blondiaux, qui, comme Guillaume Gourgues, pointe du doigt « le risque d’absence de fond au profit de la forme – plateformes participatives et “civic tech” en tête ».

Postes fléchés « démocratie citoyenne »

En attendant un budget participatif qui pourrait être voté cette année, la Bourgogne – Franche-Comté fait figure de bonne élève. Quelques semaines après son élection, Marie-Guite Dufay, la présidente de région, avait créé deux postes 100 % fléchés « démocratie citoyenne » : l’un de

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Panels, plateformes, laboratoires… ces régions qui donnent la parole aux citoyens

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement