logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/60514/cadres-a-une-enquete-de-la-cfdt-revele-leur-inquietude-face-aux-reformes/

FONCTION PUBLIQUE
Cadres A : une enquête de la CFDT révèle leur inquiétude face aux réformes
avec l'AFP, Martine Doriac | Actu Emploi | France | Toute l'actu RH | Publié le 24/03/2011 | Mis à jour le 25/03/2011

Face aux réformes, près de 7 000 cadres des trois fonctions publiques se plaignent de la perte de sens de leurs missions de service public auquel ils sont pourtant très attachés, selon une étude de la CFDT, « La parole aux A », rendue publique le 24 mars.

Interrogés sur quatre thèmes (travail, environnement de travail, management et réformes), les sondés, dont plus de la moitié ne sont pas syndiqués, déclarent se sentir bien dans leur travail, très engagés dans leur mission de service public, mais évoquent des difficultés dans les relations avec les partenaires et les élus.
« Dans les collectivités territoriales, la pression politique interfère avec l’intérêt général », lit-on dans la synthèse de l’enquête.

Leur appréciation des réformes se révèle, dans les trois fonctions publiques, extrêmement négative. « Ces cadres sont déroutés. Ils ne se sentent pas accompagnés dans les changements. Ils ne voient pas l’objectif et le sens des réformes », constate Monique Boutrand, secrétaire nationale de la CFDT-Cadres, qui a piloté l’enquête. Chez les territoriaux, l’inquiétude se mêle à l’expectative face aux restrictions budgétaires.
Seul un cadre sur dix dit avoir été accompagné dans le pilotage des réformes et 20% jugent les informations reçues suffisantes.
En outre, 40% des cadres déclarent se sentir isolés et à peine plus de 10% disent avoir une marge de manoeuvre dans la mise en oeuvre des réformes. Au final, ils ne sont que 3% à juger que leurs conditions de travail vont s’améliorer à la suite des réformes.
La CFDT conclut que « les réformes se font dans l’opacité », les cadres n’ayant « pas d’information » et étant « peu ou pas consultés sauf de manière factuelle par des réunions descendantes et ponctuelles ».

Questions d’éthique – Si dans l’ensemble, près de 70% se disent en accord avec leur éthique personnelle, plus le nombre de personnes encadrées augmente, plus ce point devient délicat. 62% de ceux qui encadrent moins de 10 personnes se disent en effet en accord avec leur éthique personnelle, entre 50 et 199 ils ne sont plus que 18,5% et pour plus de 200 personnes, ils ne sont plus que 13%.

Rémunération des territoriaux – Autres enseignements : la rémunération de ces cadres se situe nettement en dessous de leurs homologues de l’Etat et de l’hospitalière et celle des femmes cadres est inférieure de 20 % à celle des hommes. « Comment est-ce possible alors que le système de rémunération répond à des critères d’égalité ? » s’interroge la secrétaire nationale.
Toutes fonctions publiques confondues, seuls 35% jugent que leur niveau de rémunération tient suffisamment compte de leurs responsabilités.

En dépit de ces constats très négatifs, le travail dans les fonctions publiques fait encore sens pour environ trois quarts des cadres interrogés, qui disent avoir le sentiment de contribuer à l’intérêt général.

L’étude a été réalisée de mai à octobre 2010 auprès de 6.768 cadres des trois fonctions publiques (Etat, hospitalière et territoriale).

REFERENCES