logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/604951/grace-a-une-formation-inedite-la-police-municipale-porte-un-autre-regard-sur-la-prostitution/

SÉCURITÉ
Grâce à une formation inédite, la police municipale porte un autre regard sur la prostitution
Séverine Cattiaux | Actu experts prévention sécurité | Innovations et Territoires | Régions | Publié le 12/02/2019 | Mis à jour le 11/02/2019

Par le biais de formations, les policiers municipaux de Mulhouse (Haut-Rhin) ont pris la mesure du système prostitutionnel, facilitant les échanges sur le terrain.

prostitution

[Mulhouse (Haut-Rhin) 113 000 hab.] Elles sont chinoises, nigériennes, bulgares, roumaines… Et pour la plupart, victimes de réseaux de traites d’êtres humains. Les policiers municipaux de Mulhouse ne peuvent plus l’ignorer, depuis qu’une soixantaine d’entre eux ont été formés par le Mouvement du nid, en 2015. Cette association qui vient en aide aux prostituées se trouve être le fer de lance de la loi n° 2016-444 du 13 avril 2016 qui pénalise le client et protège les prostituées.

Les policiers municipaux ont été formés en petits groupes, sur deux demi-journées. La première portait sur la « déconstruction et reconstruction des représentations de la prostitution ». Lors de la deuxième matinée, les deux intervenantes ont organisé des jeux de rôle pour évoquer des situations concrètes. « Les policiers n’appréhendaient pas toutes les contraintes des prostituées ni leurs souffrances », reconnaît Ludovic Roux, chef de la police municipale de Mulhouse. La formation a ainsi déclenché un changement d’attitude des agents à l’égard des prostituées. « Depuis la formation, les policiers municipaux et les prostituées se parlent », affirme le chef de la police. Les policiers ont, quoi qu’il en soit, pour consigne de « leur faire comprendre qu’ils ne sont pas une menace pour elles, qu’ils peuvent les protéger si elles se sentent menacées ».

Campagne d’information

Selon le pôle « sécurité » de Mulhouse et le Mouvement du nid, les prostituées ont observé une plus grande bienveillance à leur encontre. Plus en confiance, elles hésitent moins à contacter la police quand elles rencontrent un problème. L’initiative n’attendrit cependant guère le Syndicat du travail sexuel. Faute d’adhérents sur la commune, Thierry Schaffauser, l’un de ses leaders, tient à dénoncer les conséquences de la loi d’avril 2016. « Les clients sont traqués, les prostituées doivent se cacher et sont encore plus vulnérables face aux agresseurs potentiels. »

CHIFFRES CLES

  • Effectifs : 60 agents de la police municipale formés au système prostitutionnel.
  • Coût de la formation dispensée aux policiers : 2 500 €.
  • Contact : Ludovic Roux, chef de la police municipale, 03.69.77.77.77.


POUR ALLER PLUS LOIN