Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

fiscalité locale

Quels impôts pour financer les services publics locaux ?

Publié le 01/02/2019 • Par Emilie Buono • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

Fotolia_78198708_XS
Beeboys Fotolia
La réforme de la fiscalité locale, promise pour le printemps, est encore loin d'être dessinée, et les voix discordent sur le modèle à mettre en place pour financer les services publics locaux. Faut-il ou non chercher l'autonomie fiscale à tout prix ? Faut-il un impôt citoyen ? Les taxes doivent-elles être affectées ? Des questions débattues lors d'un colloque de l'ADCF et de la Caisse d'épargne.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A écouter les intervenants de la journée loi de finances organisée par l’ADCF et la Caisse d’épargne, jeudi 31 janvier (1), une chose est sûre : les contours de la nouvelle fiscalité locale sont loin d’être définis, et la réforme promise n’en a pas fini de susciter des débats. D’un côté, il y a les défenseurs de l’autonomie fiscale du bloc communal, à l’instar du député Christophe Jerretie (LREM, Corrèze). Il prône, pour remplacer la taxe d’habitation – qui devrait disparaître en totalité –, l’affectation des taxes directes ménages aux communes et intercommunalités, auxquelles s’ajouterait une part de CVAE.

« La lisibilité de l’impôt est une nécessité. Nous devons clarifier les choses, les élus et la population ont besoin de ça », explique-t-il lors de la table-ronde ce jeudi. En contrepartie, les départements, qui perdraient leur part de TFPB, verraient « remonter à l’Etat tout ce qui est lié au social », le reste étant compensé par une part de CSG ou de TVA. « Rien n’est arrêté » au sein du groupe de parlementaires qui planche « depuis au moins six mois pour trouver des solutions », pas plus qu’au niveau

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quels impôts pour financer les services publics locaux ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement