Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Service public

La Poste face aux députés : l’heure des comptes

Publié le 31/01/2019 • Par Louis Gohin • dans : France

La voiture du facteur de La Poste
Flickr CC by sa Clayton Parker
Fermetures, financement des collectivités, dialogue avec les élus… Le PDG de l’entreprise de service public a rendu des comptes aux députés ce mercredi lors d’une audition. Tandis que les associations de maires ne cachent pas leurs inquiétudes, les parlementaires se sont montrés plutôt satisfaits.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Où va La Poste ? Ce 30 janvier, Philippe Wahl, le président du premier employeur comme entreprise de service public française (250 000 salariés) répond à la délégation des collectivités territoriales et à la décentralisation de l’Assemblée nationale.

La dernière décennie a vu fermer un bureau de poste sur 10, 900 environ, dont 500 ont été transformés en « maisons de service au public » (MSAP), locaux regroupant plusieurs opérateurs du service public. Les autres ont laissé place à des guichets automatisés dans les collectivités ou les commerces. Il y a deux ans, à la signature du quatrième contrat de présence postale territoriale triannuel de 2017-2019 (signé par La Poste, l’AMF et l’État), l’Association des maires de France avait obtenu que la fermeture d’un bureau de poste ne puisse se faire sans l’autorisation du maire… mais pas dans toutes les communes : seulement dans les campagnes, dans les communes nouvelles et dans celles qui n’ont qu’un seul bureau.

Ouvertures à géométrie variable

L’année dernière encore, l’Association des petites villes de France faisait part à Philippe Wahl de son inquiétude sur les fermetures et réductions d’horaires. Elle faisait aussi le constat d’un manque de circulation de l’information, voire de dialogue sur la présence postale, alors même que l’autonomie des commissions départementales avait été renforcée dans le cadre du dernier contrat tripartite à la demande de l’AMF. L’APVF pointait enfin du doigt les problèmes pratiques que peut poser le cloisonnement, au sein du groupe La Poste, entre les services et la gestion des murs pour la « visibilité » et le bon dialogue entre l’exécutif local et les délégués de l’entreprise de service public.

Les parlementaires semblent, eux, partagés. Plusieurs membres de la délégation saluent avant tout les nouveaux services, notamment autour du numérique, mis en place par le groupe, rejoignant d’ailleurs sur ce point les associations d’élus. De son côté, le député du Loir-et-Cher Stéphane Baudu rappelle la situation où se trouve une partie des élus : « Quand on vient nous voir pour nous expliquer avec des chiffres sur lesquels nous avons très peu de prise que nous allons devoir assumer une baisse des jours d’ouverture, forcément nous sommes toujours contre. On nous demande de proposer un jour ou une demie-journée. Nous faisons des propositions la mort dans l’âme et souvent, elles ne sont pas prises en compte. »

« Nous subissons finalement une réduction de la présence postale que nous n’avons pas décidée, poursuit-il. Inévitablement, nous sommes pris dans une spirale : moins de jours d’ouverture, moins de fréquentation – alors même que nous étions plutôt dans une spirale positive, en tout cas à notre échelle. Et très souvent, lorsqu’on nous demande d’avoir des périodes de test pour voir si nous sommes vraiment dans une spirale négative, elles nous sont refusées en raison du fait qu’il faut agir ou réagir trop rapidement. »

« Le premier financeur des collectivités  »

À plusieurs reprises, Philippe Wahl expose clairement sa stratégie : la baisse de fréquentation des bureaux de poste justifie selon lui les fermetures, ainsi que la diminution de 50% du nombre de plis postaux entre 2008 et 2018 (passés en nombre de 18 à 9 milliards, selon le PDG), avec un « manque à gagner » de 3,5 milliards d’euros depuis 2013. Pour compenser la baisse des recettes, La Poste développe ses activités bancaires, la livraison de colis et de nouveaux services de proximité en variant les missions confiées aux facteurs. Il prend en contre-exemples la Belgique et l’Italie qui réduisent le nombre de jours de passage des facteurs. Il a également annoncé qu’une deuxième série de 750 MSAP allait être lancée, dont 250 seront mobiles, installées dans un véhicule, notamment pour les zones rurales.

À la demande des députés, le président du directoire de la Banque postale Rémy Weber détaille comment sa filiale finance les collectivités : « Nous sommes devenus en quelques années le premier financeur bancaire à moyen terme des collectivités locales », résume-t-il avec, en 2018, 3,7 milliards de crédit accordés. « La moitié des dossiers concernaient des communes de moins de 5 000 habitants, précise-t-il, avec une capacité d’octroi de crédit à partir de 40 000 euros. » Si ces dossiers ne sont pas toujours rentables, la Banque, rappelle-t-il, a vocation à « occuper » tout le territoire « quelle que soit la taille des communes ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Poste face aux députés : l’heure des comptes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement