Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Développement durable

Soigner en protégeant l’environnement

Publié le 07/07/2020 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

Boîtes
©Reddragonfly - stock.adobe.com
700 000 tonnes : c’est la quantité de déchets produits par les établissements de santé et médico-sociaux chaque année, et elle devrait s’accroître en 2020 à cause de la crise sanitaire. S’y ajoutent l’utilisation de gaz polluants, de plastiques nocifs, sans compter les soins qui pourraient être évités. Pour les tenants de l’écoconception des soins, chaque acte doit intégrer les principes du développement durable. Pour protéger la planète et faire des économies. 

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

En 2011, Serge Zaluski, ophtalmologiste à Perpignan, s’étonnait de l’ampleur des déchets produits lors des opérations de la cataracte. « Alors qu’il s’agit d’enlever le cristallin, qui est très petit, on remplissait trois sacs-poubelles énormes », se rappelle-t-il. Au total, 1,5 kg partait dans les déchets d’activités de soins à risques infectieux (Dasri), dont la récupération, soumise à un protocole strict, et le traitement par incinération sont très coûteux. Intrigué, le médecin a cherché à en savoir plus. Il a confié le bilan carbone d’une opération de la cataracte, depuis l’utilisation des ressources (énergies, matériaux, transport…) jusqu’aux rebuts, à l’agence Primum non nocere, filiale du Comité pour le développement durable en santé (C2DS).

Résultat : en plus des Dasri, 830 g ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Références

  • « L’écoconception des soins vue par les professionnels de santé », Actes de l’Agora du C2DS, 2018.
  • Jane Muret and al., « Le bloc opératoire durable », Le praticien en anesthésie réanimation, 2017.
  • Rudy Ferré, « Écoconception en anesthésie - Analyse de cycle de vie simplifiée d’une anesthésie générale », mémoire professionnel en vue de l’obtention du diplôme d’État d’infirmier en anesthésie, septembre 2019.
  • « La réduction des déchets hospitaliers en pratique », C2DS, 2012.
  • « Impact environnemental de la chirurgie de la cataracte : contexte réglementaire et analyses », S. Zaluski, O. Toma, Réalités ophtalmologiques, février 2012.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

CLUB FINANCE - La responsabilité des gestionnaires publics

marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Soigner en protégeant l’environnement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement