Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transition énergétique

PPE : ce qu’il faut retenir de la trajectoire énergétique pour les dix ans à venir

Publié le 25/01/2019 • Mis à jour le 25/01/2019 • Par Olivier Descamps • dans : A la une, actus experts technique, France

une-eolienne-nucleaire
vencav - Fotolia
Le projet de décret de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a enfin été publié, ce vendredi 25 janvier 2019. Construit sur une décennie (2018-2028), il met l’accent sur l’électrification des usages, la chaleur renouvelable et la disparition progressive du charbon et du pétrole. Décryptage.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Voilà des mois qu’elle était attendue, concertée, repoussée, renégociée. La trajectoire énergétique de la France pour les dix prochaines années a donc été rendue publique vendredi 25 janvier. En complément de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) conçue pour décliner les enjeux climatiques à l’échelle nationale, le projet de décret de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe en près de 400 pages les priorités d’actions de transition dans le domaine de la chaleur, du pétrole, de l’électricité. Il sera révisé à mi-parcours, en 2023.

Le texte rappelle entre autre que si la France veut aller vers la neutralité carbone (qui consiste à séquestrer dans le sol autant de gaz à effet de serre qu’elle n’en émet), il lui faudra réduire sa consommation, mais aussi décarboner l’ensemble de sa production d’énergie (contrairement à d’autres secteurs qui ne pourront faire autrement que de continuer à émettre du CO2)… Ce qui selon le gouvernement passera entre autre chose par

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

PPE : ce qu’il faut retenir de la trajectoire énergétique pour les dix ans à venir

Votre e-mail ne sera pas publié

manava décarbone

28/01/2019 01h20

bonjour,

désolé mais nous n’arriverons pas à vraiment décarboner en France sans l’aide financière de l’Europe avec une banque affectée au climat à doter de 1000 milliards par an d’ici 2030 pour (décision en cours sur le site web « Un budget européen de mille milliards pour lutter contre le réchauffement climatique. C’est le projet du pacte Finance-climat européen lancé notamment par l’économiste Pierre Larrouturou et le spécialiste du climat Jean Jouzel. Entretien, à l’occasion des Assises de la citoyenneté ce samedi 19 janvier 2019) :

– décréter l’urgence et prêter aux particuliers, collectivités et entreprises de quoi isoler leur bâtiments, de quoi aller vers une industrie et des transports qui n’ont plus besoin d’énergies fossiles ;

or, j’ai bien peur de voir que nous nous sommes trompés de combat en France où l’électricité est déjà décarbonée et qu’on a investit pour rien 140 milliards dans l’éolien et le photovoltaïque pour voir nos émissions
de GES s’accroitre encore en 2018 ;

on est vraiment mal en France ;
alors pour quelles raisons nous ne sommes pas allés prendre des exemples de décarbonation chez nos amis norvégiens qui ont décarboné presqu’à 100 % ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement